Arnaud Ponroy : un président ambitieux

partager:

Tombé dans le monde du handball grâce à ses filles, qui le pratiquent, Arnaud Ponroy s'est rapidement rendu compte de visibilité des performances féminines dans ce sport où les Français brillent pourtant au niveau international.

Une opportunité s'est présentée à lui avec le départ annoncé de l'ancien président du NLA Handball alors que le projet de l'entité était à bout de souffle. L'occasion pour le Vendéen de prendre les rênes du club en 2010.

 

Depuis, le NLA a fait beaucoup de chemin. Le club s'est notamment solidement installé au sein de l'élite du handball féminin français, en LFH (Ligue Féminine de Handball) Mais le réel projet sur le long terme d'Arnaud Ponroy est clair : devenir l'entité référence du Grand Ouest. Or, Brest nourrit également de grandes ambitions, ce qui oblige le NLA à "regarder sur sa gauche" observe l'actuel président nantais. Pour parvenir à ses fins, il n'hésite d'ailleurs pas à changer largement son effectif chaque saison. "Les joueuses évoluent beaucoup. Changer six joueuses d'une saison à l'autre, ça peut paraître énorme, mais c'est dans la norme."

 

Parti en début de saison avec comme objectif une qualification pour les play-offs, le NLA risquerait bien, en cas de revers ce weekend contre Toulon-Saint-Cyr, de ne pas pouvoir le remplir. Pour autant, le club de la cité des Ducs possède peut de chances de descendre à l'échelon inférieur. En effet, la saison prochaine, la LFH comptera douze équipes, contre dix actuellement. "Une nécessité, car on frise la consanguinité après le dépôt de bilan de Mios-Biganos." enchérit le président. Nîmes, en grande difficulté financière, pourrait faire de même.

 

Heureusement, le NLA ne rencontre pas de difficultés financières. Le club s'intéresse et milite même pour le projet d'union des clubs nantais sous une seule bannière, celle du FC Nantes. Arnaud Ponroy nous le confirme "il y a eu des discussions préliminaires au mois d'octobre-novembre, qui étaient très intéressantes. Aujourd'hui le projet bloque." Malgré la volonté d'aboutissement du président du club féminin, le projet peine à entrer dans une phase concrète. Idem concernant la problématique que va rencontrer le NLA la saison prochaine, à savoir la salle où joueront les joueuses de Jan Basny. A l'heure actuelle, la salle métropolitaine de la Trocardière a de nouveau été sollicitée par le club, mais le dossier, là aussi, est freiné.

 

Portrait de Thomas Groussaud

Thomas Groussaud