Bilan amer pour le travail des personnes handicapées et idées avec #2017Agirensemble

partager:
Des personnes en situation de handicap plus nombreuses au chômage, plus longtemps

Du 13 au 20 novembre, se déroulait la 20e Semaine de l'emploi des personnes handicapées. L'occasion pour les associations de faire le point, et de dresser le bilan du quinquennat du Président de la République François Hollande. Parmi les organismes, l'APF, qui met en place la plateforme collaborative #2017Agirensemble. 

    Les associations en ont profité pour saluer les avancées dans l'accompagnement du travail, et dresser un bilan des plus amer. Plus 2,3% de taux chômage des personnes handicapées depuis 2015. Presque le double de celui des personnes valides. En moyenne, ils sont moins qualifiés, plus nombreux à être inactifs, et plus longtemps, selon l'Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées. Pourtant, un cadre législatif vise à soutenir le travail des individus dits invalides. Toute entreprise d'au moins 20 salariés est tenue d'employer à temps plein ou temps partiel, 6% de travailleurs handicapés. Les contrevenants sont redevables d'une contribution annuelle à l'Agefiph, allant d'environ 3,900 euros à 5,800. Pour Jean-Pierre Blain, représentant départemental de  l'association des paralysés de France, un des freins à l'emploi est la stigmatisation.

Interview Jean-Pierre Blain, les freins à l'emploi, par Cerise Robin

Une des solutions : la sensibilisation et l'action collective

    Pour Jean-Pierre Blain, une des solutions est la sensibilisation. A la fois dans les entreprises, auprès du grand public, mais aussi des candidats aux élections présidentielles. Pour les interpeller, l'APF ouvre une plateforme contributive : #2017Agirensemble. Constatant que le chômage ne touche pas que les personnes en situation de handicap, l'association vise large en invitant chacun à venir proposer des solutions, et à voter autour de nombreux champs de la vie quotidienne. La finalité étant de soumettre les idées aux futurs candidats aux présidentielles. Dans la Boîte à idées, plusieurs témoignages d'anonymes. Parmi eux, celui sur l'image sur le handicap moteur

"Je suis une personne handicapée de 52 ans et ce depuis plus de 18 ans, et au fils des années je me suis rendu compte que pour être reconnu par les valides, il valait mieux être en fauteuil (manuel où électrique) je me déplace avec des cannes, et il est bien rare de voir un logo représentant une personne avec des cannes (sauf si celle-ci est âgée). Faire comprendre au autres que nous avons un handicap n'obligeant pas le fauteuil est difficile. Pourtant notre handicap est parfois plus pénible et fatiguant. LEs gens ne comprennent pas que nous avons parfois des cannes (c'est mon cas) à vie. Parler des handicaps moteurs autres que les paraplégie, tétraplégie est très important."

Mais il n'existe pas que des individus touchées aux jambes. Elles peuvent l'être à d'autres membres, mais aussi aux yeux, aux oreilles. En France, on estime à 12 millions le nombre de personnes atteintes. On estime qu’un français sur deux en sera porteur au cours de sa vie.

D'autres sujets sont à mettre en avant pour l'APF. Dont la contribution annuelle qui, pour Jean-Pierre Blain, est détournée. L'Etat a transféré  en 2013 à l'Agefiph les compétences en matière de gestion et de contrôle de la déclaration annuelle obligatoire d'emploi.  

Interview Jean-Pierre Blain, "la contribution annuelle est détournée", par Cerise Robin

La loi handicap de 2005, a élargi l'obligation d'emploi, et mis en place l'accessibilité universelle. Une manière de contrecarrer le communautarisme. Révélateurs des difficultés, les personnes en situation de handicap sont souvent touchées par les problèmes que rencontre la société dans son entièreté. Pour Jean-Pierre Blain, le handicap est un catalyseur, à mettre en avant et à interroger sur #2017Agirensemble.

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin