Bio-carburer, énergie verte face au charbon de la centrale de Cordemais

partager:

Un peu de sursis pour Cordemais, beaucoup de patience pour le biocarburant. Si les tranches fioul de la centrale thermique fermeront bien en 2018, celles de charbon ne sont plus sur la sellette. De quoi reprendre son souffle pour EDF, qui s'intéresse déjà à de nouvelles alternatives : la biomasse. Entretien avec le maître de conférence à la faculté des sciences de Nantes, Pierre Vacher.

Dans le rouge, comment la planète peut-elle se mettre au vert? E-pollution croissante, véhicules, chauffage... Certaines solutions, ou zolutions, attendront un peu.

Le gouvernement a décidé, dans la nuit du 20 au 21 octobre, de suspendre pour un temps la taxe carbone. Celle-ci, annoncée en avril 2016 l'instauration d'un coût minimal du quotas d'émission de gaz à effet de serre pour le charbon, qui se trouve être très coûteux d'un point de vue humain. 30 euros par tonne, visant à amener les investisseurs à privilégier les techniques alternatives.

Un amendement finalement retiré du projet de loi de finances 2017 par le secrétaire d'Etat au budget Christian Eckert, à quelques semaines de la COP22 le 7 novembre 2016. Il propose finalement d'étaler la mesure dans le temps, au plus tard jusque 2023. La centrale thermique EDF de Cordemais entame pourtant un chantier de plus de 350 millions d'euros pour prolonger ses deux tranches charbon jusque 2035.

Aujourd'hui, augmenter le thermostat chez soi revient à accroître le réchauffement climatique. Une réponse, présente depuis la préhistoire, reste d'actualité : le biocarburant. Le bois, les déchets, les algues, permettent de réchauffer l'Homme depuis le tout premier feu. La Révolution industrielle de 1850 a entraîné avec elle un usage de masse de solutions plus faciles, certes, mais aussi plus polluantes, à savoir le charbon et le fioul.

Le bois pour se chauffer rééquilibrerait la balance environnementale. En effet le CO2 dégagé n'a aucun impact sur la planète. 

"ça ne pollue pas", par Cerise Robin

Et la cogénération, c'est-à-dire la production simultanée de chaleur et d'électricité, possède un bien meilleur rendement comme l'explique Pierre Vacher.

La cogénération, par Cerise Robin

Pour le spécialiste en énergies renouvelables, en économie d'énergies et en développement durable, il serait utopique de penser pouvoir totalement basculer vers l'utilisation de la biomasse? La 2e source mondiale d'énergie renouvelable selon EDF. Toutes les ressources naturelles seront nécessaires, des éolienne aux panneaux solaires.

Aujourd'hui, bon nombre de foyers utilisent des chauffages électriques. Un paradoxe, selon Pierre Vacher.

Un paradoxe, par Cerise Robin

Si brûler du bois fait peser la crainte d'une déforestation, il est important de remettre les choses à plat. Ainsi, la France possède suffisamment d'arbres pour ne pas entraîner leur perte. En Amazonie, la fabrication d'huile de palme est la cause principale de l'abattage de millions de végétaux.

Il est également possible d'allier les forces. Le chauffage peut être recyclé, nécessitant une vérification des fumées qui contiennent des produits toxiques et des résidus. Une bonne solution, selon Pierre Vacher, pour remplacer les hydrocarbures tout en évitant d'enfouir nos déchets. Cette utilisation n'en est cependant qu'à ses débuts. En France, chaque habitant produit en moyenne 536 kilos d'ordures ménagères par an, selon l'Ademe.

Un poids économique et écologique qui, valorisé, pourrait au contraire venir alléger les budgets. De nombreuses initiatives ont déjà été prise. A Londres, Arthur Kay réutilise les déchets de café comme biocarburant. En France, à Douchy-les-Mines, près de 1,500 logements sont chauffés grâce à l'énergie issue de l'incinération des déchets ménagers. Le principe est extrêmement simple : la chaleur d'une combustion est chauffe de l'eau, qui, directement transportée dans les bâtiments pour les douches, bains, énergie et radiateurs. Plus proche encore, à Rennes Nord en Bretagne où 36% en moyenne des ordures réchauffent les habitants dans les unités de valorisation énergétiques de déchets.

C'est pas sorcier -NOUVELLES ENERGIES : LA PLANETE CARBURE AU VERT

 

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin