Chilly Jay : "C'est beau une frustration sonore, ça a un vrai charme"

partager:

Habitué du Festival Longueur d'ondes de Brest, le DJ et créateur sonore Chilly Jay raconte son rapport à la radio et au son : savoir s'affranchir de l'image, se cacher sous sa couette ou encore s'arrêter un instant pour se laisser envahir par la magie de la radio hertzienne...

Bien connu du paysage culturel nantais, Chilly Jay alias Julien Barrault est un passionné de son à l'ancienne. Il mixe uniquement en vinyle lorsqu'il a sa casquette/gapette de DJ vissée sur la tête. Il aime piocher dans les archives et dans les films de la Nouvelle vague pour ses créations sonores avec l'asso Opus Bleu. Il est passé par la radio avant de faire de la transmission avec des conférences mixées en tant que médiateur culturel. 

Même si certaines de ses productions ont déjà été diffusées lors du festival brestois, le Nantais a néanmoins un profil qui tranche parmi la faune davantage représentée ici. Il n'est pas issu du "microcosme médiatique parisien", ne se gargarise pas de podcasts et revendique un certain côté old school.

N'en déplaise aux progressistes de la technologie numérique, il restera bien agrippé à son vieux poste de radio qui grésille... Deuxième invité dans le cadre de notre retour sur Longueur d'Ondes, Chilly Jay nous livre quelques histoires radiophoniques, entre France Culture et Skyrock.

Références citées :
> François Pérache - 57 rue de Varenne
> Pascale Clark - En aparté
> Doc et Difool
> Maurice

> le grand reporter évoqué est Omar Ouahmane

Portrait de solange maribe

solange maribe