Diabète : un tatouage interactif pour en finir avec les piqûres

Aujourd'hui, pour contrôler sa glycémie une personne diabétique n’a d’autres choix que de se prélever quelques gouttes de sang en se piquant le doigt. La piqûre est légère, le test est rapide, mais celui-ci doit être renouvelé plusieurs fois par jour. Ce dispositif contraignant peut s'avérer décourageant pour certains patients. Le tatouage représente alors une alternative, là où on ne l'attendait pas nécessairement.

3,3 millions de personnes sont traitées pour diabète en France en 2015, selon l'Institut de Veille Sanitaire. Un chiffre qui ne cesse de croître ces dernières années. Le diabète est une maladie chronique, caractérisée par un dysfonctionnement du pancréas, lequel ne sécrète plus ou peu d'insuline. Mal traité, le diabète peut être cause de maladies cardio-vasculaires graves. C'est pourquoi une personne diabétique doit surveiller sa glycémie plusieurs fois par jour. Cette surveillance accrue est d'autant plus pénible qu'elle nécessite un prélèvement sanguin. Pour répondre à cette contrainte, certains scientifiques sont aller chercher du côté du tatouage.

  • Un tatouage temporaire pour déterminer le taux de glucose

En 2015, des ingénieurs de l'Université de Californie ont mis au point un tatouage qui permet à la fois d'extraire et de mesurer le taux de glucose de son porteur. L'étude, publiée dans Analytical Chemistry, décrit un dispositif flexible, composé d'électrodes et imprimé sur du papier à tatouage temporaire. Une fois appliqué sur la peau, ce tatouage produit pendant 10 minutes un courant électrique très léger qui permet de déterminer le taux de glucose dans le sang du porteur. Peu onéreux, et non-gênant, le dispositif parvient, selon l'étude, à détecter de manière aussi efficace qu'un lecteur classique, les pics de glycémie.

Petit bémol toutefois, la lecture des données est difficile, ce qui ne permet pas au patient d'assurer au mieux le suivi de son niveau de glucose. De même, la durée du tatouage est pour le moment limitée à une journée.

Les scientifiques imaginent déjà d'autres champs d'application pour ce tatouage temporaire, comme détecter l'alcool, ou les drogues dans le sang. 

  • Un tatouage qui change de couleur en fonction de notre état de santé

En juin 2017, Katia Vega, scientifique du MIT, a soumis un projet, toujours au stade expérimental, sur un tatouage qui change de couleur en fonction de l'état de santé du porteur (vidéo). Ce projet, permettrait de calculer aussi bien le taux de PH, de sodium que de glucose dans le corps.

Le tatouage trouve ici, et comme dans l'étude précédente, une nouvelle utilité : fournir des informations en temps réel sur le corps. La peau humaine devient ainsi une véritable surface interactive.

Pour l'heure, le projet de Katia Vega est encore à l'état de test. L'encre développée, capable de changer de couleur, est tatouée sur la peau ex vivo de porcs, qui ont un organisme proche de celui de l'homme.

Portrait de Julie Judais

Julie Judais