Festival De La Nuit De L'Erdre, Report Du Jour 1

partager:

Pour sa 17ème édition, le Festival de la Nuit De L'Erdre a mis la barre très haute en ce qui concerne sa programmation ! Affichant complet, avec les places du vendredi et du samedi vendus en seulement 45min lors de la dernière mise en vente. Ça n’est pas moins de 30 000 personnes qui ont foulé le sol de Nort-Sur-Erdre ces 3 et 4 juillet. Retour sur deux jours de fête placés sous le signe de la diversité musicale.

La Chaleur Australienne De Josef Salvat:

C'est la canicule, les festivaliers cherchent désespérément un coin où se mettre à l'ombre. Le jeune Josef Salvat a la dure tâche de devoir se produire sous ces conditions et c'est devant quelques personnes qu'il monte sur la Mainstage. À la première écoute, on pourrait croire à un chant un peu à la Justin Timberlake mais cela va vite disparaître par la suite, créant ainsi une identité vocale propre. Reconnu grâce à sa reprise de la chanson Diamonds de Rihanna, c'est donc sans surprise que l'artiste va la chanter, rendant les fans de la chanteuse plus qu'heureux. Le show est calme, peut-être un peu trop, car le public, assommé par la chaleur, n'arrive pas à se mettre dans l'ambiance mais salue l'effort de l'australien qui aura tout de même livré un live sympathique.

Gabriel Saglio Et Ses Vieilles Pies Migrent À Nort-Sur-Erdre:

Le début des vacances est enfin arrivé, il fait beau, il fait chaud, il fait même TRÈS chaud, et Gabriel Saglio et ses Vieilles Pies font leur entrée sur scène. Pour les personnes présentent et qui doivent attendre encore un peu avant de partir en congé, le groupe va leur offrir un petit avant-goût avec une musique plus que propice au voyage. Entre sonorités africaines mélangées avec un peu de Jazz et de Klezmer, il ne manque plus que le sable blanc et les palmiers et on y est presque. Malgré la forte chaleur, le public se donne à cœur joie pour danser et donner de sa personne, en particulier sur le titre Dansons, qui colle parfaitement à la situation. Les Vieilles Pies ont le rythme dans la peau et transmettent ainsi leur passion de faire voyager la foule grâce à leur musique entraînante et entêtante.

Charlie Winston Vagabonde À La Nuit De l'Erdre:

Mais où est donc Charlie ? Au Nuit de l'Erdre bien entendu ! Gabriel Saglio et les Vieilles Pies ayant joué en avance sur l'horaire prévu, c'est donc avec un peu d'attente que les festivaliers patientent comme ils le peuvent avant que Charlie Winston ne prenne possession de la Mainstage. Et l'attente aura valu le coup ! Toujours vêtu de son chapeau mis de travers et complété de sa guitare dans le dos, le chanteur au costume entièrement violet se pose derrière le micro, accompagné par ses musiciens tous habillés en sorte de bleu de travail. Charlie profite de l'avancée scénique pour venir voir à plusieurs reprises les festivaliers qui sont presque tous réunis devant la scène. Il avance doucement, en avant, en arrière, sur les côtés, de façon un peu robotique, il varie ses jeux de jambes... Bref, il nous prouve qu'en plus de son talent musical il est tout aussi doué pour la danse. Il communique de nombreuses fois avec le public, et dans un français impeccable s'il vous plaît, agrémenté d'un accent britannique. Vient ensuite le moment de la chanson In Your Hands avant que les sifflements qui l'on fait connaître ne retentissent à travers le festival. En effet, Like A Hobo fait son apparition sous les cris de joie des festivaliers qui reprennent en cœur la chanson, avec même certains qui essayent de siffloter. La fin du concert est proche, mais Charlie Winston revient pour un rappel où il se permet une reprise du morceau Man Of Constant Sorrow en version acoustique avant que Kick The Bucket n'achève le set de manière particulière car la chanson va être jouée de manière plus ralentie et un peu plus électronique que ce que l'on connaît mais ce n'est pas pour déplaire au public qui repart ravi, tout comme l'artiste et ses musiciens.

Rival Sons, Le Groupe Que L'on N'attendait Pas:

À peine le live de Charlie Winston terminé qu'une musique de western se fait entendre sur la Scène 2. Pourtant, ce n'est pas un groupe country qui vient fouler les planches mais Rival Sons avec son hard/blues rock bien pêchu. Dès les premières notes d'Electric Man, on a simplement envie de prendre une Harley et de partir sur la route sans s'arrêter. Le groupe arrive à attirer certains curieux qui n'écoutent pas spécialement ce style musical mais qui se plaisent à rester assister au concert des Californiens. Ces derniers n'en sont d'ailleurs pas à leur premier coup d'essai puisqu'ils ont quand même réussi à taper dans l’œil d'artistes comme Slash, AC/DC ou encore Deep Purple. Quand même ! Et on comprend vite pourquoi, ils électrisent le public, ils leur donne de l'énergie, ils le fait se défouler et se lâcher. La ballade Where I've Been ne va en rien faire retomber l'enthousiasme des festivaliers qui repartent de plus belle lorsque Open My Eyes démarre. Lorsque la fin sonne, la plupart sont agréablement surpris de la découverte musicale qu'ils viennent de faire.

Sting N'a Plus Besoin De La Police:

Tout le monde l'attendait avec grande impatience, le voilà enfin arrivé sur scène. Sting, icône des années 80 avec The Police, présent dans la petite commune de Nort-Sur-Erdre, beaucoup ont encore du mal à le croire. Pourtant c'est bel et bien le cas et c'est donc un fossé générationnel qui est présent devant la Mainstage. C'est un Sting bien barbu que l'on découvre, heureux de jouer devant autant de monde qui a su lui rester fidèle, que ce soit pendant sa période The Police ou en solo. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il sait être reconnaissant et il sait comment faire plaisir à un public qui va être servi en tubes avec presque une dizaine de reprises de son ancien groupe. La première, Every Little Thing She Does Is Magic, donne tout de suite le ton et cela va s'enchaîner avec Englishman In New York, repris à plein poumon par l'audience, et So Lonely. C'est en français que le chanteur communique avec ses fans et présente rapidement les musiciens et la choriste qui l'accompagne. Après déjà quatre chansons de The Police et le morceau Fields Of Gold, Sting offre une reprise d'America de Simon & Garfunkel avant de continuer avec le quatuor des célèbres Message In The Bottle, De Doo Doo Doo, De Da Da Da, Walking On The Moon et Roxanne. Les festivaliers n'auront jamais autant chanté de leur vie ! Sting en profite pour jouer une seconde reprise, Ain't No Sunshine de Billy Withers, avant de terminer ce premier set. Il revient ensuite pour un rappel avec Desert Rose, qui fera danser le public qui s'essaye à la danse du ventre, avant que Every Breath You Take et Next To You ne marque la fin des reprises du groupe qui a marqué les adolescences de certaines personnes. Un second rappel est effectué avec la chanson Fragile et c'est malheureusement déjà la fin d'un concert d'une heure et demi qui aura su pendant ce temps réunir les plus jeunes comme les plus âgés avec un public âgé de 7 à 77 ans, toutes générations confondues.

Un premier jour de festival qui aura réuni près de 16 000 personnes, toutes générations confondues, présentent par amour de la musique, peu importe le style proposé. Une journée qui a débuté un peu difficilement avec le soleil qui tapait fort mais qui a vite reprit ses droits pour que la fête continue et ce, jusqu'au lendemain.

Portrait de Morgane Le Goff

Morgane Le Goff