Feydeau-Commerce, pour une ville verte et bleue

partager:

L'aménagement des espaces-publics Feydeau-Commerces constitue une nouvelle étape pour Nantes Métropole dans le projet "Le Grand Coeur de Nantes", ou quand la ville devient cohérente avec la métropole. Il a été présenté par son équipe et la maire de Nantes, le 23 juin 2016.

Feydeau-Commerces représente la troisième séquence de "La promenade de la Loire à la gare". La première sera livrée en 2019 avec le parvis de la nouvelle gare. La deuxième fut l'aménagement du Château des ducs à 50 Otages qui a entre-autres donné naissance au Miroir d'eau.

Pour la maire Johanna Rolland, l'espace Feydeau-Commerces, livré en 2019, est charnière. Chaque jour, le réseau Tan comptabilise à cet endroit 60 000 montées dans les bus et tramways. Aux trois lignes de tram, s'ajoutent six de bus, deux stations de bicloo, une de taxi et un parking public de 550 places qui devrait en accueillir 600 de plus. Face à cet encombrement, il est nécessaire selon l'élue PS, de cultiver la douceur de vivre nantaise en rompant avec le minéral pour se tourner vers le végétal.

Pour se faire, la Mairie s'est tournée vers une paysagiste : Jacqueline Osty. Il s'agit d'un fait plutôt rare, que de voir tout d'abord un atelier de paysagistes mis sur le devant de la scène, mais surtout que ce soit pour le féminin, qu'une ville opte. Il s'agit d'une manière, selon Johanna Rolland, de mettre en avant une fonction qui ne serait pas décoratrice, tout en donnant de la valeur au projet : "il s'agit-là de donner du sens, de l'envergure et une certaine couleur au projet"

Nantes, une métropole verte et bleue

L'idée du projet est de placer la Loire et la Nature dans le centre-ville. Le fleuve est tout proche mais à Commerce, il est difficile de le distinguer. De même, les arbres étouffent l'horizon et le ciment touche au minéral plutôt qu'au végétal, selon Jacqueline Osty : "On peut ressentir la Loire à Nantes, mais elle n'est pas toujours visible. C'est une dimension importante, qu'il faut retrouver".

Une dimension, qui lierait le Nord et le Sud, préserverait l'originalité de l'île Feydeau en relativisant son insularité. Et surtout, une dimension du vivant qu'il faut rétablir dans le paysage nantais. La paysagiste explique qu'il faut accueillir l'éphémère en jouant sur les saisons mais aussi sur l'eau. "Il faut retrouver des touches où l'eau fera partie du territoire. Par exemple avec une fontaine, avec laquelle on pourrait interagir, mais qu'il serait possible de mettre de côté pendant le marché de Noël". Pour elle, "le paysage est une histoire d'Histoire" et c'est pourquoi le projet Feydeau-Commerces est important : il est l'histoire directement visible de la ville.

Retrouvez ci-dessous l'interview de la paysagiste Jacqueline Osty, du 23 juin 2016. 

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin