Floatgen, la première éolienne flottante en France sera innovante

partager:
Les éoliennes Floatgen sur le site Sem-Rev. Crédit photos : Ideol

La toute première éolienne flottante de France sera installée au large du Croisic fin 2017. Né d'un consortium européen, notamment formé par l'Ecole Centrale de Nantes, Bouygues et Ideol, le projet Floatgen est expérimental et innovant. Entretien avec le directeur de développement de l'Ecole Centrale de Nantes, Bertrand Alessandrini.

Le projet Floatgen est en cours de construction sur le site expérimental et international Sem-Rev, de l'Ecole Centrale de Nantes. Si les pales de l'éolienne flottante ne tourneront qu'en 2018, il s'agit d'un test sur 2 ans. Une mise en conditions opérationnelles des systèmes de récupérations des énergies marines, et notamment de la houle et du vent.

L'opération, développée dans le cadre du Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013, vise à démarrer une production industrielle française dans le secteur des énergies renouvelables. Il s'agit-là également d'une ambition européenne, qui ne veut plus être dépendante en matière énergétique.

Pour se faire, il est nécessaire d'éviter toute anicroche avec les riverains et les associations écologiques. Bertrand Alessandrini est le directeur de développement de l'Ecole Centrale de Nantes. Il explique que toutes les moyens ont été réunis pour que l'expérience se fasse dans les meilleures conditions, également auprès de la population.

Interview de Bertrand Alessandrini, des éoliennes écologiques, par Cerise Robin

 

Floatgen en construction. Crédit Photo : BYTP-IDEOL

Floatgen en construction. Crédit Photo : BYTP-IDEOL

 

Un territoire d'innovations

Les matériaux eux-mêmes représentent une part importante de l'expérience. En effet, Floatgen réunit plusieurs innovations, menées par les différents partenaires du projet.

La fondation ne nécessite aucune fixation dans les fonds marins. Son flotteur en béton diffère de l'acier et de l'aluminium habituellement utilisés pour des constructions de ce type. Autre particularité, un ancrage en nylon. Il a pour qualité de résister à la corrosion et d'être résistant, grâce à son absorption d'une partie des mouvements de la houle. Autant d'avancées technologiques, sur lesquelles Bertrand Alessandrini apporte plus de précisions.

Interview Bertrand Alessandrini, les innovations de Floatgen, par Cerise Robin

Coût total de l'opération, 25 millions d'euros. Un budget soutenu financièrement par l'ADEME, les Pays de la Loire et l'Union européenne. Le projet illustre la volonté française de rattraper son retard dans le secteur de l'éolien. Et ce, en prenant le parti des fermes flottantes, qui sont encore quasiment inexistantes dans les océans.  

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin