Hermine de Nantes : Quand la déception fait place à l’ambition

partager:

Après des playoffs historiques pour l’Hermine, le club déçu d’être passé si près de la montée en Pro A, n’a cependant jamais été aussi ambitieuse pour la prochaine saison.

Trois points. Ce sont trois petits points, soit une possession, qui ont séparé Boulazac et Nantes dimanche dernier. Un score final 63-60 en faveur de l’équipe périgourdine, qui les mène tout droit vers la Pro A. Et pourtant les Nantais n’ont pas démérité dans ce match décisif et historique pour ces deux formations. Devant une salle du Palio, toute acquise à son équipe, les hommes de Jean-Baptiste Lecrosnier ont donné des sueurs froides à leurs adversaires. Malgré un trou d’air lors de la première mi-temps, l’Hermine s’est accrochée pour toujours rester dans le match. Elle a d’ailleurs climatisé les 5 000 spectateurs, lorsqu’elle est passée devant au score 40-41 au milieu du troisième quart. Cependant, Boulazac a su compter sur un Arnaud Kerckhof retrouvé (12 points et MVP de la rencontre) pour reprendre les devants. Cruelle désillusion pour l’Hermine, mais le sport est fait de gagnant et de perdant.

Une saison passée à la postérité

D’un Laurence Ekperigin inconsolable sur le parquet après la rencontre, aux larmes de Lecrosnier en conférence d’après-match ; la déception est grande.

video-les-larmes-de-jean-baptiste-lecrosnier-coach-de-nantes-en-conference-de-presse.jpg
Les larmes de Jean-Baptiste Lecrosnier à l'issue du dernier match de Playoffs, par Boulazac Basket Club

Et pourtant, qui aurait misé sur une telle fin de saison? Les Nantais ont tout connu sur cet exercice 2016-2017. Avec un effectif reluisant et des ambitions affichées, la première partie de saison répondit aux objectifs annoncés avec une place dans le wagon de tête de la Pro B. Néanmoins, l’Hermine a été capable de coups d’éclats contre les grosses écuries du championnat et dans le même temps de s’incliner face à des équipes plus modestes. Puis c’est à partir de février, que les Nantais ont dégringolé au classement. Enchaînant les défaites, ils se sont vus rattrapés par leurs concurrents. Les tensions et les mauvais résultats ont mis le groupe sous pression jusqu’au tournant de la saison. Suite à l’arrêt maladie de Franck Collineau, l’Hermine a préféré léguer la succession à son assistant Jean-Baptiste Lecrosnier, JB de son surnom. Il a su trouver la bonne formule avec ses joueurs en perte de confiance. Ainsi, les Blancs et Bleus ont fini la saison régulière en trombe avec un bilan de 5 victoires en 6 matchs et une qualification en Play-offs lors de la dernière et ultime journée. Avec une sixième place, la suite, on la connait. 

Quel avenir pour cette équipe ?

Le fut entraîneur nantais sera autrichien d'origine serbe, il s'agit de Neno Asceric.jpg

Le futur entraîneur nantais sera autrichien d'origine serbe, il s'agit de Neno Asceric, par LNB

Après un engouement sans précédent pour l’Hermine, quelle est la suite de l’aventure ? C’est là, la complexe équation que va devoir résoudre l’équipe dirigeante de l’Hermine. Le premier chantier, a été de signer un nouveau coach. Neno Asceric, ancien entraîneur de Lille aura la lourde tâche de faire mieux que "JB". Celui-ci restant d'ailleurs son adjoint pour les deux prochaines saisons.

L’Hermine se doit maintenant de reconstruire son effectif. Le but reste toutefois de maintenir l'ossature de la formation qui aura emmené le club jusqu'au dernier match des playoffs. Avec comme objectif une montée en Pro A, le club nantais tient à se donner les moyens de ses ambitions.

Capitaliser sur une telle saison est essentiel pour l’Hermine pour rejoindre prochainement l’élite du basket français.

Portrait de Alban Gunsburger

Alban Gunsburger