La "Coexistence Active", une solution pour le vivre ensemble ?

partager:

Il y a une semaine, la France a été marquée par des actes de barbarie qui ont traumatisé beaucoup d'entre nous. À tel point que le Président de la République, a déclaré, que "nous étions en état de guerre". Depuis le 13 novembre 2015 la déferlante des médias nous inflige des éléments de langage qui ne font que prolonger le traumatisme. Et d'un autre côté, on ne veut pas faire d'amalgame, "il faut être uni et solidaire". Il est donc difficile de ne pas être méfiant de notre environnement. Alors, comment faire ? Quelles solutions pour répondre à cette problématique mondiale du vivre ensemble ?

L'association "Coexister", fondée par Samuel Griibowski en 2009, propose comme solution, « la Coexistence Active ». Fondée sur l'idée que c'est par le dialogue, sans relativisme ni syncrétisme, et par des activités communes que l'on pourra faire avancer la question du vivre ensemble.

A Nantes, l'association Coexister compte 25 membres. Représentée par Madelon Guillebaud « Coexister Nantes » se retrouve tous les mercredis soirs au café « le Chat Noir » pour un temps de dialogue entre personnes de convictions différentes. Il est aussi organisé des temps d'actions communes telles de la distribution de repas auprès des SDF, . Au mois de décembre, ce seront des jeunes scouts catholiques et musulmans qui se retrouveront le temps d'un après-midi dans le cadre de la COP 21 pour une opération de nettoyage des bords de l'Erdre. Au-delà du dialogue et de l'action commune, « Coexister » intervient à Nantes dans les établissements scolaires pour faire tomber les préjugés sur les religions.

C'est aussi sur les réseaux sociaux que "Coexister" mène son combat, persuadée que le déferlement de messages positifs postés dès le 13 novembre au soir permettront d'endiguer les messages de haine, évitant ainsi la discorde. On peut donc utiliser sur l'ensemble des réseaux sociaux des Hashtags tels que #NousSommesUnis, #voisinsunis…

"Coexister" était présent aujourd'hui à la mosquée "Asalaam" pour la proclamation d'une prise de position commune des religions présentes sur la Loire-Atlantique, et sera présente ce vendredi 21 novembre au pied du château sur le miroir d'eau pour déposer une bougie en mémoire des victimes du 13 novembre 2015. Quand on demande à Madelon Guillebaud si s'engager à "Coexister" c'est faire acte de résistance ; sa réponse est sans appel  « oui ».

Rédaction : Patrick Lonchampt

Retrouvez l'interview "SUN est que le début" de ce vendredi 20 novembre avec Madelon Guillebaud.

SUN est que le début - Madelon Guillebaud, Coexister, par lesonunique

 

Portrait de Thomas Groussaud

Thomas Groussaud