Le Fil de l’histoire sapé comme jamais !

partager:

Et oui, vous l'avez ressenti vous aussi ? Le froid est bien arrivé, et avec lui bonnet, doudoune, gants, écharpe et autres accessoires. Même si nous sommes bien emmitouflés, la rédaction s’est retroussée les manches pour vous proposer une semaine consacrée aux vêtements.

"J'aime tellement la façon dont tu t'habilles !", "T'as vu son style ?", "Cette veste est vraiment cool !". On a tous déjà entendu ce genre de phrases, dans la rue ou les transports. Cette manière si anodine de parler de vêtements mais une manière si récurrente, qu'elle en est devenue normale. Cela représente assez bien ce que symbolise le vêtement dans notre société et les messages qu'il peut envoyer.

Les vêtements sont parvenus, de simple "deuxième peau", à devenir un élément de détermination et de classification sociale. Dans le cadre du Festival des Solidarités, l'exposition photographique "des Sneakers comme Jay-Z" veut raconter le rapport des jeunes migrants à leurs vêtements. Que ce soit les habits qu'ils portent en arrivant ou ceux qui leur sont proposés par la suite, les vêtements représentent beaucoup pour ces jeunes. A la fois pour être à la mode, pour ne pas se faire remarquer, ou pour faciliter leur intégration, leurs raisons sont variées et parfois étonnantes. Ainsi, le Fil de l'histoire s'est entretenu avec Amboise Tezénas, un des deux photographes de l'exposition, mais aussi avec Sarah Beauvais, chargé de communication et d'administration à la Maison des citoyens du monde qui s'occupe du festival.

Dans le cadre de la parution du nouveau numéro de notre partenaire Les Autres Possibles, Marie Bertin intervient cette semaine sur la consommation textile et ce que cela génère. Elle aborde également les solutions locales pour contrer la Fast Fashion. Derrière cet anglicisme se cachent de grands groupes comme Zara ou encore H&M. Ces entreprises ont fait le choix de produire à bas coût et avec une qualité discutable. Le numéro des Autres Possibles présente donc des solutions locales comme les friperies face à ce processus destructeur. 

Désormais véritables rendez-vous de votre semaine, nos chroniques vont une nouvelle fois vous étonner. En attendant, une idée de lecture de la Compagnie de l'Ecume ? Ou alors une petite question inutile et parfaitement nécessaire dans le coin de la tête ? Pour vérifier vos théories, écoutez le Fil de l'histoire, du lundi au jeudi de 18h à 19h, ou retrouvez les émissions et chroniques en podcasts ! 

Comme chaque semaine, la rédaction vous couvre d'une programmation musicale, entre-cousue d'extraits sonores, digne des plus grands couturiers !

Portrait de pierre merceron

pierre merceron