Le HBC Nantes passe à côté de sa finale

partager:

Depuis le début de la saison, le HBC Nantes n'avait qu'une compétition en tête, la Coupe EHF. Si les Violets ont pu atteindre la finale, ils n'ont jamais été en mesure, à un seul instant de soulever le trophée au bout des 60 minutes de la rencontre. Dominés par les Allemands de Goppingen beaucoup plus concentrés et moins stressés par l'enjeu. A l'issue de cette finale perdue (32-26), tous les joueurs nantais avaient la mine basse. 

Il y a des signes avant-coureurs qui ne trompent pas. Dés la demi-finale contre les Espagnols de Granollers, les joueurs Thierry Anti se sont montrés fébriles dans leurs situations offensives et parfois déconcentrés quand il s'agissait de défendre. Heureusement pour eux, Nicolas Tournat et Matias Schulz étaient dans un bon jour pour leurs offrir le billet pour la finale. Ce premier obstacle passé, tout laissait présager à une meilleure performance le lendemain pour la finale.

Touché n'est pas coulé

De leur côté, les Allemands de Goppingen ont du batailler pour se hisser jusqu'à cette dernière étape de la compétition. Le samedi, les partenaires de Kevynn Nyokas ont failli tomber sur un pic savoyard bien décidé dés l'entame de match à rejoindre les Violets. Malmenés en début de rencontre par Chambéry, les Germaniques se sont réveillés au début du deuxième acte pour à la fin s'imposer, et s'offrir une belle rencontre, contre le HBC Nantes. Un club qu'ils avaient déjà rencontré à deux reprises lors de la phase de poule.

Une finale à sens unique

Lors de la finale, tous les Nantais paraissaient remonter comme des pendules à l'idée de rejouer un match décisif, qui leur avait fait faux bond en 2013, toujours à domicile. A l'époque, c'était déjà un club allemand, qui avait privé le groupe de Thierry Anti de la plus haute marche du podium. Ce dimanche encore, les Germaniques ont été plus forts, plus méthodiques, plus précis que les Nantais déboussolés et ne trouvant jamais la solution pour franchir un rideau défensif solide.

Rapidement menés au score, les Violets n'ont fait que courir après celui-ci en laissant les Allemands dicter le rythme de la rencontre. A chaque fois que le H souhaitait mettre ce brin de folie, qui aurait pu faire tourner le match à son avantage, les joueurs de Goppingen n'hésitaient pas à casser le rythme. Ce positionnement tactique intelligent, leur a permis de soulever un trophée, encore trop lourd pour les Violets, en s'imposant 32-26.

 

Après 2013, le HBC Nantes rate encore le coche pour remporter la coupe EHF. Cette défaite en finale était également la troisième pour Thierry Anti sur le banc d'un club français.

 

Crédit Photo : Air Pictures - Sylvain Artu

 

Portrait de Jean-Baptiste Maître

Jean-Baptiste Maître