Le projet des ex-Seita parti en fumée

partager:

L’entreprise, qui fabrique des cigarettes, avait mis la clef sous la porte en début d’annéeMais les anciens salariés n’avaient pas dit leur dernier mot. Ils ont voulu créer leur propre entreprise : Breizh Tobacco. Pour cela, il leur fallait les machines de l’usine, que le groupe a refusé de leur céder ce lundi lors d’une rencontre entre la direction et les anciens employés.

Résultat, le projet est au point mort et les ex-salariés voient leur avenir écrit en pointillés. Ludovic Colin en fait partie. Il dénonce la volte-face des dirigeants qui, selon lui, leur avaient promis les machines après la réalisation d'un business plan et d'une étude de marché de leur projet. Pour lui, la création de Breizh Tobacco est compromise. 

 

Crédit photo : Presse Océan 

Portrait de Mathieu Baijard

Mathieu Baijard