Le Pronostic animalier, vraiment du hasard ?

partager:

A chaque compétition internationale de football, un nouvel animal devient le gourou des pronostiqueurs en herbe. Cette mode lancée en 2010 par l'intermédiaire de Paul Le Poulpe n'a cessé de grandir. Depuis six ans, à chaque événement un animal sort du lot pour pronostiquer son vainqueur.

L'Euro 2016 n'a pas échappé à la règle. Une pronostiqueuse sort du lot, il s'agit d'Ariane, la tortue de parc zoologique Planète Sauvage, situé à Port-Saint-Père. Depuis le début de la compétition le reptile ne s'est trompé qu'à une seule reprise sur le sort d'une rencontre de l'équipe de France, c'était face à la Suisse, lors de la troisième journée de la phase de groupes.

Pour le reste, la tortue a toujours vu juste et pour la demi-finale des Bleus face à l'Allemagne, elle s'est même risquée à déterminer le résultat de la rencontre. Ariane voit donc la France s'imposer 2 buts à 1 face à la Nationalmannschaft. On ne va pas se mentir, on espère tous qu'elle a une nouvelle fois raison.

Une divination lucrative

Pour autant, si l'équipe de Planète sauvage offre la possibilité à sa tortue de se mettre en avant, ce n'est tant pas par ferveur de la bande à Didier Deschamps. Voyez ici plutôt un moyen peu cher en termes de communication pour attirer un maximum de publics durant la compétition continentale. Clémentine Amar, chargée de communication à Planète Sauvage, le reconnaît elle-même, «  On cherchait à surfer sur la vague des pronostics durant les compétitions de football ».

Avec Bamba, sa consœur l'éléphante, moins douée qu'elle dans la discipline, Ariane attire donc les supporters. Certains n'attendent d'ailleurs que de connaître son verdict sur l'issue d'une rencontre : "Les visiteurs sont curieux de la voir faire son pronostic en avant-première”.

Une explication scientifique ?

Mais comment la tortue fait elle son choix ? Si les équipes du parc de Port-Saint-Père ne souhaitent pas en profiter pour effectuer des recherches scientifiques sur l'animal, une raison rationnelle pourrait expliquer les décisions d'Ariane. Au niveau des couleurs, la tortue perçoit parfaitement les bleus vifs ainsi que les rouges, mais très peu les jaunes ou les blancs. Son regard et ainsi sa course sont donc attirés, naturellement, par ce qu'elle perçoit le mieux. Pourtant Clémentine Amar assure qu'Ariane péche plus par gourmandise que par luxure, « Entre le drapeau et la salade, ce qu'elle regarde c'est la salade ».

Pour opposer cette théorie, on peut toujours se dire que les drapeaux de la Suisse ou de l'Albanie sont essentiellement composés de rouge, mais qu'elle a tout de même choisi la France. Peut-être aussi un excès de patriotisme chez notre amie tortue. En tout cas, la demi-finale entre la France et l’Allemagne lui donnera peut-être raison et fera d'elle la future mascotte des Bleus.

Pour surfer sur l'événement de l'euro, Clémentine Amar, chargée de communication à Planète Sauvage a mis toutes les armes de son côté.

Portrait de Jean-Baptiste Maître

Jean-Baptiste Maître