Les Machines Célibataires, la partition de tous les possibles jusqu’au 13 mars au Lieu Unique

Grande activiste dans le champ musical, Marie-Pierre Bonniol est à l’origine de divers festivals, structures ou revues. Auteur entre autres d’articles critiques et passionnants sur les rapports entre les arts plastiques et la musique, le rock’n’roll et l’amour.

Son parcours s’entrelace de diverses mélodies et compositions artistiques axées sur l’imaginaire, et incroyables aux yeux et oreilles de ceux et celles qui s’y intéressent. Actuellement sont présentées au Lieu Unique une partie des Machines Célibataires issues de la Collection Morel. Un projet mis en place dès 2010 afin de « trouver » l’endroit parfait où laisser s’épanouir l’imaginaire.

 

Et s’il est un domaine où les rouages de l’imagination prennent vie c’est bien dans la conception et l’activation de ces curieuses machines. Comme les mathématiques, une machine célibataire est un système asocial séparé de la vie, marchant seule, avec sa propre logique sans se soucier de la finalité générale.

On les dit parfois impossibles, inutiles, incompréhensibles et délirantes, elles possèdent néanmoins toutes le point commun d’être fascinante, en témoigne l’installation Un Orchestre de Papier de Pierre Bastien, rythmant les visites selon les battements de ses feuilles animées.

 

UN ORCHESTRE DE PAPIER, par Pierre Bastien

 

Depuis 2012, le Lieu Unique développe une ligne de programmation intitulée locus solus, soit une série de projets entre savoirs scientifiques et créations artistiques dans le domaine de la musique via des concerts, des rencontres et des ateliers.

Marie-Pierre Bonniol, interroge avec la Collection Morel, la notion de « machine célibataire » impulsée par Marcel Duchamp au 20e siècle, sous la forme d’une exposition sonore et visuelle imaginée à partir des planches originales du livre Les Machines Célibataires de Michel Carrouges. Certaines de ces planches n’ayant pas été exposées depuis 40 ans.

 

12734144_10208495472565738_4505610369127221880_n.jpg

Marie-Pierre Bonniol, commissaire de l’exposition, conservatrice de la Collection Morel (c) Charlotte Farouault

 

L’exposition est dédiée à la mémoire de Jean-Jacques Pauvert et son travail d’édition. L’éditeur qui dès 19 ans se frottait à l’épineuse publication des écrits du Marquis de Sade.

Studio Walter est l’intitulé du site regroupant le parcours de Marie-Pierre Bonniol, ses humeurs et quelques éléments de ses recherches en cous.

La Bibliothèque des lieux uniques propose, elle, depuis 2012, de collecter des témoignages de lieux uniques et des instants qu’ils enchâssent. Ses fonds sont en permanente constitution.

 

Le Lieu Unique

Quai Ferdinand-Favre

44000 NANTES

02 40 12 14 34

www.lelieuunique.com

 

 

Exposition en entrée libre du mardi au samedi de 14h à 19h et le dimanche de 15h à 19h.

Visite commentée dimanche 13 mars à partir de 15h30 et diffusion de Longplayer, œuvre musicale de Jem Finer destinée à durer 1000 ans de 17h à 19h dans le Bar.

Une proposition de Marie-Pierre Bonniol avec des œuvres de Michel Carrouges & Jean-Louis Couturier, Marcel Duchamp, Pierre Bastien, Glen Baxter, K.P. Brehmer, les figures de Raymond Roussel, Francis Picabia, Norah Borges, l’ombre d’Enrique Vila-Matas et la participation d’Eduatdo Berti.

 

 

SUN Culture du mercredi 17 février 2016 avec Marie-Pierre Bonniol, commissaire de l’exposition, conservatrice de la Collection Morel et Charlotte Farouault.

Crédits Musique : Pierre Bastien - Energy Energy - Visions of Doing (2008) / Pierre Bastien - Dos Soleares - Assemblage De Pièces Comeladiennes Du Plus Bel Effet (2009) / Matthieu Chedid – Le Roi des Ombres / Pierre Bastien - Odovinil - Musiques Paralloïdres (1999)

 

 

Portrait de Charlotte Farouault

Charlotte Farouault