Les mots d'Angela Davis au Lieu Unique

partager:

Angela Davis, la figure du mouvement noir américain et de la lutte pour les droits civiques, était présente à Nantes ce weekend afin de participer aux commémorations en marge de la journée nationale de l’abolition de l’esclavage. 

Une venue dans l’Ouest qui a du sens, puisque Nantes fut le premier port négrier français avec plus de 30% de l'activité nationale . En parallèle, une sculpture en acier de dix mètres de haut baptisée Mémoires a été inaugurée dimanche sur le port breton de Brest.

 

« Ce pan de l’histoire est partout dans votre ville, de l’architecture aux musées. On a souvent reproché à la France de renier son passé, aujourd’hui tout est différent » a déclaré la militante avant d’ajouter «Aux États-Unis, nous n'avons pas encore réussi à établir une journée pour commémorer l'esclavage et son abolition».

Angela Davis restera jusqu'à mardi à Nantes. Ce lundi, l’icône des Black Panther a assisté à la projection du film Free Angela and All Political Prisoners (2013) de Shola Lynch au Cinématographe, avant de s’entretenir avec les spectateursElle a ensuite rejoint Le Lieu Unique où une file d’attente impressionnante a accueilli la grande dame de la lutte pour l’égalité. A deux pas du Grand Atelier plein a craqué, une plus petite salle munie d’un projecteur diffusait en simultanée cette conférence.  A l’étage inférieur un refrain « Angela laisse nous entrer » émanait des personnes présentes n’ayant malheureureusement pu atteindre la salle de conférences.

 

 

Après une présentation animée par Françoise Vergès sur son parcours, l’activiste et humaniste a pendant plus d’une heure et demie prit la parole sur la thème de «La prison : un système industriel, ses liens avec l’esclavage». Le public a par la suite eu l’occasion de lui poser quelques questions.

Angela Davis est revenue sur les attentats de Paris, le conflit israélo-palestinien ou encore sur l‘augmentation des crimes commis par la police à l’encontre des personnes noires aux Etats-Unis et en France. « Il ne faut pas croire que ce qui est gravé dans le marbre ne s’effacera jamais, qu’une victoire entraîne systématiquement une autre victoire, le passé nous a montré qu’un pas en avant est trop souvent suivi de deux pas en arrière ».

La militante a ensuite évoqué peinée la loi sur le renseignement votée le mardi 5 mai à l’Assemblée nationale et défendue par le gouvernement français au nom de la lutte contre le terrorisme.  « Je me sens désolée pour cette loi. Il faut savoir tirer des leçons de l’exemple de ses voisins. Après le 11 septembre, le Patriot Act a conduit à l’emprisonnement de centaines de personnes aux Etats-Unis et à la triste actualité de la prison de Guantánamo. Se sentons-nous mieux protégés pour autant ? »

Avant amusée d’ironiser sur la position de la France en Haïti : « Je crois que Monsieur François Hollande se dirige actuellement pour Haïti, il a dit vouloir que la France s’acquitte de sa dette une fois sur place. Avant de revenir sur ses mots il s’agira de sa dette morale bien entendu. Oublions les près de 17 milliards d’euros que les haïtiens ont donné à la France pour leur reconnaissance et leur indépendance ».

C'est cette injustice de l'histoire que les Haïtiens veulent voir réparer, car nombre d'entre eux expliquent que cette somme versée aux Français a plongé Haïti dans la pauvreté.

 

Angela Davis accompagnée de la maire de Nantes Johanna Rolland depuis la passerelle Victor Schoelcher (c) JEAN-SEBASTIEN EVRARD - AFP

 

Angela Davis a finalement tenu à témoigner de la forte mobilisation de la jeunesse aux Etats-Unis : « Il ne me semble pas avoir connu ça depuis les années 1960, des manifestations soutenues j’en conviens par la « bonne » utilisation des réseaux sociaux. La seule manière d’agir c’est de s’organiser, et de confier au monde ce dont vous êtes les témoins au quoditen. Nous avons perdu l’habitude de demander l’impossible ! ».

Avant de conclure « Et dire que l’on me reproche à moi de prêcher par excès d’optimisme ! » 

 

Des paroles fortes contre des maux bien actuels qui ont séduit l’ensemble des personnes présentes au Lieu Unique. A noter enfin qu’une grande soirée littéraire est également prévue en présence d’Angela Davis ce mardi dès 20h à l'espace Louis-Delgrès, quai de la Fosse, dans la limite des places disponibles, réservations conseillées.

 

 

Portrait de Charlotte Farouault

Charlotte Farouault