Les Utopiales : le jeu vidéo loin des clichés

Nantes Utopiales du 29 octobre au 3 novembre 2016

La 17e édition du Festival international de Science Fiction Les Utopiales joue les prolongations à la Cité des Congrès de Nantes. Pour pouvoir accueillir un public scolaire, l'événement pousse jusqu'à la rentrée des classes. Du 29 octobre au 3 novembre, venez mêler réalité et imaginaire pour mieux parler du monde d'aujourd'hui, au milieu des tables rondes, des films, des livres et Bandes dessinées ainsi que des jeux vidéos. Florent de Grissac est le responsable de ce dernier pôle.

Du 29 octobre au 3 novembre, la Cité des Congrès de Nantes accueille le Festival internationale de Sciences Fiction, les Utopiales. Pour la 17e édition, artistes, créateurs, plasticiens, auteurs, chercheurs, scientifiques et autres tenteront d'apporter des réponses sensibles et humaines à la question des machines. Il s'agit du thème de l'événement, décliné en quatre axes : Machine pour explorer, pour transformer, pour servir, machines extraordinaires. Un questionnement du présent et du futur, posé à onze nationalités différentes et près de 200 invités.

Pour que chacun puisse accéder aux ateliers et tables rondes, une nouveauté veut faire toute la différence. En effet pour 2016, les Utopiales passent au langage des signes. Les personnes atteintes de surdité seront accueillies par CultureLSF, et pourront profiter des sous-titres dans les films ainsi que de traductions de certaines rencontres.

Le jeux vidéos, loin des clichés

Parmi d'autres médias, le jeu vidéo est au programme des Utopiales. Des tables rondes, où chercheurs et gameurs invitent le public dans les coulisses de la production. Ils proposent un détour par Pokemon Go, avant de se demander si l'on peut jouer de tout, avec la machine comme nouvelles formes de narration. A travers des ateliers de réalité immersive, des animations et le Game Jam, pour créer un jeu en 48 heures, les amateurs comme les plus acharnés auront de quoi s'occuper et s'informer.

Pour le responsable du pôle jeux Florent de Grissac, le monde du jeu vidéo est loin des clichés encore entretenus. Plutôt que d'isoler les personnes, les enfermer dans un monde où le geek vénère la souris, la console ou le casque de réalité augmentée, le jeu vidéo permet de rassembler des gens de tous bords et de toutes les cultures. Un véritable média, vecteur de connaissance.

Le jeu vidéo, un véritable média, par Cerise Robin

Aujourd'hui, le jeu vidéo constitue en France la première industrie culturelle, devant le cinéma et la musique. Six adultes sur dix l'ont pratiqué au moins une fois dans les douze derniers mois. Une pratique culturelle éclatée, accompagnatrice puisque sur portable, ordinateur ou tablette.

Le jeu serait également vecteur d'amélioration cognitive des personnes atteintes d'Alzheimer ou des jeunes enfants.

L'homme, rouage de la machine?

Avec les casque de réalité virtuelle mais aussi augmentée, l'être humain entre de plus en plus dans le monde du jeu vidéo. Il peut voir, se déplacer, sentir les choses autour de lui, découvrant une réalité alternative. La machine pourrait-elle finir par mieux comprendre l'homme, le dépasser, remplacer une vérité par l'imaginaire? Il permet en tous les cas à l'homme d'expérimenter, jusqu'à la mort fictive

Pour Florent de Grissac, la question reste en suspend. Néanmoins le jeu questionne la frontière entre l'homme et la machine puisqu'il existe une véritable interaction entre les deux.

Questionner la frontière, par Cerise Robin

 

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin