L'œil d'un supporter marseillais : « Là, je suis inquiet »

partager:

Balayé à Saint-Étienne (3-0), le FC Nantes reçoit Marseille, mercredi soir (19h), à La Beaujoire, où il n’a plus perdu depuis trois rencontres. Un match que suivront de près Kévin Barbe et Guillaume Roux, tous deux supporters olympiens. 

« Du nord au sud de la Loire / De la Bretagne à la Vendée / Nous sommes ici pour supporter / Les Canaris de la Beaujoire ». Telles sont les paroles de l’hymne qui retentit chaque week-end de match à domicile du FC Nantes. N’en déplaise à la célèbre chanson, le 85 n’est pas entièrement jaune. Il ne l’était déjà pas cet été, lors de la venue de l’Olympique de Marseille à La Roche-sur-Yon, ville où les Canaris, pourtant proches sur la carte, avaient presque évolué en terrain hostile. Il ne le sera pas non plus ce mercredi soir (19h), quand les hommes de Rudi Garcia entreront sur la pelouse de La Beaujoire.

Si le stade ne sera pas autant acquis à la cause marseillaise qu’en août dernier à Henri-Desgrange, les travées de l’enceinte nantaise devraient, à l’instar de beaucoup d’autres quand l’OM se déplace, accueillir bon nombre de supporters marseillais. Kévin Barbe et Guillaume Roux, originaires de Vendée, en font partie. « Depuis une dizaine d’années », leur cœur bat en bleu et blanc, soufflent-ils, du haut de leurs 21 ans.

FC Nantes

« Germain et Mitroglou, ça ne marque pas ! »

Tous deux ont assisté, sidérés, aux dernières contre-performances olympiennes. Celle de dimanche, à domicile, contre le Stade de Reims (0-0). Et la plus lourde, trois jours plus tôt, en Europa League, sur la pelouse de Francfort (4-0). « C’est décevant. On fait une finale européenne la saison dernière et cette année, on ne gagne même pas un match », déclare Guillaume. Même son de cloche du côté de Kévin, qui était au Parc OL, le 16 mai dernier, pour encourager les siens contre l’Atlético Madrid. « En ce moment, c'est catastrophique. Cette défaite fait mal aux têtes », répond-il, regrettant l’état d’esprit affiché par l’équipe : « Une prestation pareille n’est pas normale. On devrait jouer tous les matchs à fond. Pourtant, on manque de mental, de rage ».

Mais s’il fallait combler ne serait-ce qu’un seul manque, les deux passionnés recruteraient un nouvel attaquant : « Germain et Mitroglou, ça ne marque pas ! » regrette Guillaume. « Si tu as un attaquant qui met au moins 15 buts par saison, ça change tout ». Et Kévin d’abonder : « Le problème est offensif. Rudi Garcia ne trouve pas la recette et on compte toujours sur un exploit de Thauvin ou Payet… » 

« Halilhodzic a apporté de la rigueur » 

Face à ce constat, les Vendéens n’abordent pas le déplacement à Nantes avec sérénité. Si leur équipe, 5e, n’est qu’à trois points du 2e, Montpellier, les dernières sorties ont instillé du doute dans les têtes : « Il y a un mois et demi, je me serais senti favori, mais là, je suis inquiet », avoue Kévin, qui se rend chaque saison au Vélodrome. « Depuis que Vahid est arrivé, les choses ont bien changé », poursuit-il.

Avant de s’écrouler à Saint-Étienne (3-0), samedi dernier, au terme d’une prestation indigente, les coéquipiers de Valentin Rongier restaient sur une série de six matchs sans défaite toutes compétitions confondues. « Le changement de coach a fait beaucoup de bien à l’équipe », constate Guillaume, pas tendre avec Cardoso. « Nantes était vraiment à sa place. Mais Halilhodzic a apporté de la rigueur. Les joueurs courent plus et je les trouve mieux physiquement »

« On n’avait pas vu les Marseillais »

Si la bande à Emiliano Sala, 2e meilleur buteur de Ligue 1 ex aequo avec Neymar (11 buts), marque le pas depuis trois journées avec seulement deux points pris, les Vendéens savent par expérience que les rencontres entre Nantais et Marseillais sont souvent accrochées. « J’espère qu’on va gagner mais je pense que ça va être compliqué », admet Guillaume, qui pronostique une courte victoire (1-2) avec des buts signés Ocampos et Thauvin. « Quand on va à La Beaujoire, c’est toujours très serré ».

Un avis partagé par Kévin, étudiant en STAPS dans la cité des ducs. « Je me souviens de notre défaite 3-2 (en février 2017, ndlr). On n’avait pas vu les Marseillais », souffle celui qui n’a pas non plus oublié la prestation XXL de Tatarusanu la saison passée (défaite 0-1, ndlr). « Il avait été exceptionnel. Sans doute son plus gros match de l’année », continue-t-il, élogieux également à l’égard de Rongier, Lima, Carlos, Boschilia et Sala.

Un joueur qui, selon 20 minutes et Ouest-France cette semaine, ne devrait pas prolonger son contrat (il est lié jusqu’en juin 2020) et pourrait partir, en cas de belle offre, dès le mercato hivernal. Mais avant, il lui reste - au moins - quatre matchs pour battre, sous le maillot nantais, son record de buts sur une saison. Et un doublé, simplement, fera l’affaire…  

Alexis Vergereau 

FC Nantes (12e) – Olympique de Marseille (5e) -16e journée de Ligue 1 Conforama, un match à suivre ce mercredi 5 décembre dès 18h45 en direct sur le FLUX SUN SPORT via MySun ou http://sunsport.lesonunique.com/

Portrait de alexis vergereau

alexis vergereau