NLA : “Le temps est venu d’aller chercher des titres”

En fin de contrat, Jan Basny, entraîneur du Nantes Loire-Atlantique Handball ne sera plus sur le banc la saison prochaine. C’est Frédéric Bougeant, qui le remplacera avec en ligne de mire, un titre.

C’était un secret de Polichinelle, c’est désormais gravé dans le marbre. Jan Basny quittera le NLA à l’issue de cet exercice. Pour le remplacer, Frédéric Bougeant s’est engagé pour trois saisons. Il arrivera de Russie où il entraîne Rostov depuis décembre 2016.

Son arrivée symbolise le début d’une nouvelle ère chez les Roses, selon les mots du président, Arnaud Ponroy. “Le club va entrer dans sa 3ème phase de développement. Il nous semblait important de changer de cycle... Avec l’installation à Mangin-Beaulieu (pour la saison prochaine), le temps est venu, non pas d’être un club incontournable de l’élite, mais celui d’être un club qui peut potentiellement gagner des titres sur la scène française et pourquoi pas sur la scène continentale. C’est pour cette raison, qu’on a souhaité faire venir Fred.

Difficile d’imaginer le champion de France 2015 débarquer à Nantes pour jouer uniquement le championnat et les coupes nationales. D’autant plus, après avoir remporté la Coupe EHF la saison passée avec son club actuel et disputer la Ligue des Champions cette année. Alors qu’est-ce qui a bien pu motiver celui qui conservera son poste de sélectionneur des féminines du Sénégal ?  “Je fonctionne au projet et celui-là est ambitieux. On sait que ça ne sera pas facile mais l’envie est là, et dès qu’on met autour de la table des gens qui sont motivés, moi ça a retenu toute mon attention.  J’ai suivi la progression et je pense aussi que le club est dans une phase où il doit aller lutter avec les meilleurs. Ça, c’est quelque chose qui m’excite.

“Je serai le premier supporter”

Aller concurrencer des équipes comme Brest ou Metz paraît pourtant encore compliqué pour le NLA. Le dernier résultat contre les Lorraines en championnat témoigne de cette marge (défaite 38-23). “Cette saison il y a eu un très bon match contre Paris et un déplacement à Metz moins solide, analyse le nouveau tacticien. Si on veut lutter contre les meilleures équipes du championnat, il faut de la régularité. Et derrière la culture de la gagne, il faut des habitudes. Il ne faut pas qu’une grosse performance soit vécue comme un exploit.

Pour passer ce cap, des mouvements sont attendus durant l’intersaison. Pour autant, Arnaud Ponroy comme Frédéric Bougeant restent prudents sur ce point. “Je pense qu’il est prématuré de parler de recrutement. Historiquement à Nantes, on a toujours eu 3 à 5 mouvements de joueuses ”, tranche le premier. Toutefois le budget devrait augmenter pour permettre de se donner les moyens de croire en ses ambitions. “ Depuis que j’ai repris le club, il y a huit ans, le budget a toujours augmenté. Cette année, les trois quarts sont alloués à l’équipe première soit 1 million 100. Désormais la hausse fait partie de l’évolution, surtout si on veut s’attaquer aux meilleurs.

Mais avant de penser à l’avenir, le NLA devra finir cette saison en beauté pour espérer retrouver l’Europe. “On espère que cette annonce permettra à tout le monde d’être libéré, que Jan pourra travailler relâché, souffle Bougeant, en attendant je serai le premier supporter pendant ses six mois.” La première étape du nouveau projet sera donc la suite logique des dernières lueurs nantaises de Jan Basny.

En engageant Frédéric Bougeant, le NLA fait un grand coup sur la planète handball. La question reste de savoir si un nom permettra au club de réellement franchir ce cap tant attendu. Réponse dès septembre 2018.

 

Portrait de Jean-Baptiste Maître

Jean-Baptiste Maître