NRB : “On est obligé de parler maintien”

C’est déjà la rentrée des classes pour le Nantes-Rezé Basket. Effectif, objectifs, concurrence, Emmanuel Coeuret a effectué une revue de détails avant d’entamer la dernière saison à Mangin-Beaulieu.

En ce qui concerne le groupe à la disposition du tacticien nanto-rezéen, nous vous en parlions déjà en fin de saison dernière. La seule chose à ajouter, c’est que “le groupe conservera la même idée de jeu, avec des filles qui n’ont rien à voir avec l’équipe de l’année dernière.” D’un point de vue défensif et offensif, il faudra s’attendre à voir quelques modifications, sans pour autant vivre de révolution.   

La mayonnaise entre toutes les joueuses devra prendre assez rapidement au vue de l’adversité qui les attend. Les places en playoffs coûteront encore plus chères cette année. Avec six équipes paraissant au-dessus de la mêlée, il ne reste plus que deux places pour figurer dans le tableau final. “On aimerait figurer dans le Top 8 à l’issue de la saison, mais pour le moment on est obligé de parler maintien. On n’a pas d’autre choix que d’espérer, comme on le fait toujours au NRB. Le problème encore cette année, c’est qu’on n'a pas de marge de manoeuvre dans l’effectif.

Une situation qui devrait s’améliorer la saison prochaine. En plus d’entrer à la salle métropolitaine de la Trocardière, le club nantais aura épuré sa dette. Celle-ci s’élevant encore à moins de 80 000 € (sur les 400 000€, datant de 2013). En attendant, pour aider le groupe à trouver des automatismes et satisfaire une insatiable envie de matchs, les Déferlantes pourront également compter, pour la 7e saison consécutive, sur l’Eurocup.

Cette compétition est importante pour nous, car elle nous permet de recruter des joueuses. En plus, si on ne la jouait pas, la saison serait longue car on est une équipe qui a besoin de compétitions.” L’avis d’Emmanuel Coeuret est partagé par sa capitaine, Shona Thorburn. A la simple évocation du mot “Eurocup”, un large sourire apparaît sur son visage.

Le staff nantais a jusqu’au 29 septembre pour préparer ce groupe à partir au combat. Entre temps, neuf matchs amicaux sont prévus. Les premiers devront se faire sans Nayo Raincock. La nouvelle intérieur canadienne est toujours retenue par la franchise WNBA des New-York Liberty avec qui elle va disputer les playoffs de fin de saison, en espérant en rejouer dans la Cité des Ducs.

 

Portrait de Jean-Baptiste Maître

Jean-Baptiste Maître