Opcalia développe un réseau transcompétence

partager:

Fin janvier, la préfecture du Maine-et-Loire co-signait une charte officialisant la mise en place d'un réseau transcompétence sur le territoire choletais. Pour la vingtaine d'entreprises déjà partenaires, il s'agit de permettre l'échange de salariés sous forme de stage pouvant aller jusqu'à une durée de quatre semaines.

Déjà en 2014, plusieurs entreprises ont exprimé le souhait de mettre au point ce dispositif en créant un réseau. L'organisme Opcalia, chargé de collecter les cotisations annuelles des entreprises au titre de la formation professionnelle continue des salariés, a donc aidé ces sociétés à définir le cadre et les objectifs du réseau transcompétence. Catherine Arnoux-Duranthon en est la chef de projet. D'après elle, cela permet de répondre et d'améliorer "la question des mobilités professionnelles entre les entreprises à l'échelle du territoire" choletais.

Le réseau transcompétence permet également de sécuriser l'emploi à petite ou moyenne échelle, de réaliser des économies et d'anticiper les besoins et les évolutions. Pour une entreprise qui, par exemple, observe une baisse d'activité, met en place cette action dans une logique d'anticipation et peut ainsi "prêter" quelqu'un d'opérationnel assez rapidement à une autre société qui peut avoir un besoin ponctuel d'effectif.

Ce même type d'expérimentation va être réalisée très prochainement sur le territoire du Saumurois.

 

Retrouvez ci-dessous l'intégralité de l'entretien avec Catherine Arnoux-Duranthon.

L'invité du 17/19 : Catherine Arnoux-Duranthon, chef de projet à Opcalia, par lesonunique

 

Portrait de Arnaud Gruet

Arnaud Gruet