Saint-Herblain : le quartier de la Bernardière devient « village à défendre »

partager:
Village à défendre

En 1981, le quartier de la Bernardière avait remplacé le « camp Blanchard ». Composé d’une cinquantaine de logements sociaux, le village de la périphérie nantaise est menacé de destruction dans le cadre du projet métropolitain de rénovation urbaine. Face à cette décision prise il y a un an par le bailleur propriétaire des logements sociaux et Nantes Métropole, les habitants sont contraints une nouvelle fois à être relogés comme il y a 30 ans.

Pour pallier à la destruction du quartier, les instances politiques ont proposé aux résidents de remplir une demande de mutation pour trouver un logement social. Cependant, les familles du village de la Bernardière se voient relogés dans des zones péri-urbaines comme Sainte-Luce-sur-Loire, Notre-Dame-des-Landes ou encore Saint-Père-en-Retz. D’après Jean-Paul Martel, président de l’association Mouvement national de lutte pour l’environnement Pays de la Loire naturellement, ces propositions ne seraient pas adaptées à ces familles en difficultés.

Attachés à leur quartier, les résidents n’abdiquent pas à quitter leur lieu de vie, c’est pourquoi ils viennent de lancer la « VAD », le village à défendre. Pour faire face à cette décision de détruire le village, le comité de défense, composé des 40 familles résidantes et d’associations et mouvements politiques, montre son mécontentement. Le mouvement organisera donc, le samedi 4 juin prochain, une « fête du village » ouverte au public afin de montrer que « le quartier de la Bernardière peut s’intégrer dans une logique de mixité ».

Portrait de Adrien Paquier

Adrien Paquier