Sport et réflexion ce week-end à Nantes

partager:

Après 25 ans d’attente, le championnat national de Gymnastique Rythmique et Sportive, sous l’égide de la Fédération Sportive et Culturelle de France fait son retour à Nantes. En tout, 220 gymnastes se départageront au gymnase du Vigneau. Au-delà de l’aspect sportif, le week-end sera axé sur la parité dans le sport.  

Il y a un peu plus d’un an, Mathilde Bellec et Amandine Jarnoux, deux anciennes gymnastes de la Laëtitia Nantes, ont eu l’idée d’organiser les Championnats de National 2 de GRS. Toutes les deux engagées dans des études en lien avec la communication, elles se sont inspirées de leurs bagages universitaires pour mener à bien ce projet.

Un événement qui regroupera les meilleurs gymnastes en individuelle et en équipe (Niveau 2 et Niveau 1). Ces distinctions font la spécificité des championnats nationaux portés par la FSCF, comme l’explique Mathilde Bellec.

Mathilde_Bellec_Différence entre la FFG et la FSCF.mp3, par Jean-Baptiste Maître

la parité dans le sport au coeur du week-end

Outre la démarcation sportive entre les deux fédérations, l’événement organisé par la FSCF met l’accent sur une thématique précise. Pour cette édition, les deux nantaises ont choisi d’aborder la question de la parité dans le sport. D’après les chiffres du Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports publiés en 2014, seules 37,3% de femmes pratiquent une activité sportive. Pour autant, les organisatrices ont préféré élargir la question.

C'est dans cette volonté égalitariste qu'elles ont misé sur la gymnastique. Un sport pratiqué par une très large majorité de femmes. Afin de faire comprendre que cette discipline peut également être un sport masculin, elles ont invité Peterson Ceus, jeune prodige, qui viendra faire une démonstration de son talent. Il apportera également son témoignage sur sa vie d’athlète ne pouvant prétendre au statut de haut-niveau.

En invitant, le Billy Elliott de la gymnatisque, Mathilde Bellec et Amandine Jarnoux s’éloigne des revendications féministes sur la parité, comme le présente la première nommée.

Mathilde_Bellec_parite_ne_veut_pas_dire_feminisme.mp3, par Jean-Baptiste Maître

Entre discussion et compétition, le week-end s'annonce riche du côté de la salle du Vigneau. 

 

La venue de Perterson Ceus s’inscrira dans un programme plus large, que vous pouvez retrouver ici

 

Portrait de Jean-Baptiste Maître

Jean-Baptiste Maître