Une Europe locale et 2.0

partager:
Parc éolien, CC0 Public Domain

Le 15 février 2017 l'association NEWENERTECH donne rendez-vous aux start-ups des Pays de la Loire pour une conférence autour de l'Energie 2.0.

L'association d'initiatives européennes NEWENERTECH est née en septembre 2016. Avec elle, la volonté de Bruxelles de multiplier les fonds en faveur des petites et moyennes entreprises pour les appuyer et les pousser aux initiatives technologiques. Des innovations locales formant un vaste réseau adhérent à Newenertech pour une Europe de l'énergie.

Une course contre la montre face à ce nouveau marché en pleine expansion. Et pour gagner, l'Union compte sur les initiatives locales des start-ups, mais aussi sur la diffusion de leurs expériences. 

Laquelle est aussi rapide qu'Internet grâce à la base de données de Newenertech à laquelle les sociétés ont un droit d'accès. La structure joue à la fois un rôle fédérateur et à visée informative. Connaissant le fonctionnement des demandes de subventions européennes, elle va aider les PME à préparer leur dossier afin d'accumuler un maximum de chances d'obtenir un financement.L'idée étant qu'à leur tour, les entreprises investissent la Recherche et Développement.  L'objectif étant de tendre vers une indépendance énergétique locale comme européenne. Ce qu'explique Olivier Feix, le président de l'association.

Interview Olivier Feix, par Cerise Robin

 

L'Europe accumule un retard certain dans le secteur des énergies renouvelables. La première éolienne française sera installée au large du Croisic en fin 2017. Mais d'autres ont déjà pris de l'avance et n'hésitent pas à investir. 

Au palmarès des pays les plus attractifs en terme d'énergies renouvelables, seuls deux membres de l'Union européenne se situent dans le Top 10. Selon le baromètre de l'EY, en octobre 2016 les Etats-Unis étaient en tête de liste. Sur la deuxième marche du podium, la Chine. L'Inde se trouve en troisième position, avant le Chili, l'Allemagne, et le Mexique. La France grimpe elle d'une place par rapport à l'année 2015 et se hisse à la septième position, devant le Brésil, l'Afrique du Sud et le Canada. 

L'évolution française est amenée à continuer, en raison des prochains appels d'offres photovoltaïques. L'émissions de green bonds, sur laquelle s'appuie le baromètre, enregistre une forte croissance. Les green bonds sont des émissions d'obligations boursières dites "vertes" sur un marché créé en 2007. Ils permettent de financer des projets d'énergie renouvelable. L'Europe s'avère être la région la plus dynamique, avec la France tête de peloton. 

Les Pays de la Loire, très prisés

Les acteurs des Pays de la Loire sont très prisés. Entre les énergies naturelles disponibles et la volonté des collectivités, la Stratégie Régionale de Transition Energétique prévoit qu’en 2050, plus de la moitié de l’énergie consommée en région sera d’origine renouvelable. Et ce notamment via les éoliennes financées par des entreprises locales, qui se heurtent aujourd'hui à des oppositions de certains riverains. Les prochaines centrales d'énergie verte n'ont pourtant pas pour ambition d'être grandes. Elles doivent répondre aux besoins d'une ville ou d'un hameau, comme le dit Olivier Feix. 

Interview Olivier Feix, par Cerise Robin

 

Ne rien perdre, ne rien gaspiller, en s'appuyant sur la proximité et les données, telles sont les ambitions européennes. Des données transmises via les Smart city à Nantes, ou les boîtiers Linky d'Enedis.

Pour tout savoir sur l'alliance entre l'Europe et les PME, rendez-vous le 15 février 2017 au CCO de Nantes

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin