Véronique Dubettier-Grenier, maire divers droite de Carquefou

partager:

Véronique Dubettier-Grenier, maire divers droite de Carquefou a été élue en 2014. Aujourd’hui la commune limitrophe de Nantes comptabilise 18 200 habitants. 

La commune ne respecterait pas la loi de solidarité et renouvellement urbain. Ce texte datant de 2000, impose aux communes de plus de 3 500 habitants de disposer d'au moins 20 %, de logements sociaux. Ce taux a été porté à 25 % par la loi du 18 janvier 2013. Carquefou est un mauvais élève, son pourcentage de logements sociaux est de 13,47 %. Une situation qui devrait changer, selon Véronique Dubettier-Grenier, la maire de la commune : « La ville de Carquefou a pris l'engagement de construire 160 logements par an. Et dans ces 160 logements, il y aura un pourcentage important de logements sociaux »

La question du relogement des Roms reste sans réponse

Un camp de Roms d’environ 80 caravanes, installé illégalement sur le site de l’ancien Super U du Moulin Boisseau de Carquefou, a été évacué mercredi 2 mars. L’ordre d’expulsion avait été ordonné par la justice en juillet 2015. Une décision judiciaire soutenue par Véronique Dubettier-Grenier. Quelques jours avant son application, la maire de Carquefou avait renouvelé une demande urgente auprès du préfet de région.

Cette même communauté avait déjà été expulsée de Tougas, à Saint-Herblain, en avril 2015, puis de Couëron, puis, de la Haluchère à Nantes. A chaque fois, le même scénario se reproduit sur une commune voisine, sans qu'aucune proposition de relogement soit faite par les maires. Après ce dernier départ forcé de Carquefou, ces Roms se sont installés à Indre, sur une friche industrielle où ils ont déjà passé deux ans entre 2009 et 2011. 

A la question de savoir si une politique commune pourraît être envisagée entre les villes de l'agglomération nantaise sur l'acceuil et le relogement des Roms, Véronique Dubettier-Grenier a répondu qu'une conférence réunissant les maires de l'agglomération devrait avoir lieu courant mars. 

Aujourd'hui, la ville de Carquefou accueille une vingtaine de familles Roms sous trois conditions tel la scolarisation des enfants et l’accès à l’emploi pour les parents. Véronique Dubettier-Grenier conclut avec cette troixième exigence : « Je ne veux pas entendre parler de larcins ». La maire divers droite se dit aussi dans l'incapacité d'accueillir ces 200 Roms qui viennent d'être expulsés.

Retrouvez ci-dessous l'interview de Véronique Dubettier-Grenier, maire divers droite de Carquefou, diffusée dans le SUN Politique du lundi 7 mars 2016 : 

 

SUN Politique - Véronique Dubettier-Grenier, par lesonunique

 

Portrait de Clémence de Sagazan

Clémence de Sagazan