• Replay

Aéroport : ils veulent un transfert, rien d'autre

Comme une histoire qui se transmettrait de génération en génération. Après de multiples épisodes, sur plusieurs décennies, le transfert de l'aéroport Nantes Atlantique est abandonné officiellement le 17 janvier 2018, par le gouvernement d'Edouard Philippe. Depuis, l'Etat a fixé l'objectif de l'aménagement de l'infrastructure actuelle d'ici à 2025. Mais dans les communes du sud-ouest de la métropole nantaise, des élus et des associations continuent à espérer le transfert de l'aéroport.

Ces dernières semaines, plusieurs annonces sont venues s'ajouter au déjà long feuilleton. Ainsi, l'allongement de la piste prévu par l'Etat serait finalement écarté, faute d'efficacité réelle pour limiter les nuisances sonores.

En visite à Nantes récemment, Jean Castex a confirmé en revanche que l'Etat abonderait les aides à l'insonorisation des riverains de l'aéroport, à hauteur de 6 millions d'euros. Par ailleurs, 2 décrets attendus ont été publiés ce mois d'avril, sur le droit de délaissement et l'aide à la revente. Concrètement, l'Etat s'engage à racheter - sous certaines conditions, qui font débat - les habitations de riverains qui décideraient de partir, et de faire bénéficier ceux qui sont partis d'une aide. 

Alors que plusieurs étapes importantes sont attendues dans les prochains mois, et notamment la désignation d'un nouveau concessionnaire pour la gestion de Nantes Atlantique, certains ne baissent pas les bras et poursuivent leur action en faveur du transfert de Nantes Atlantique. Entretien avec Joël Sauvaget, le président du COCETA, COmité de Citoyens Exposés au Trafic Aérien.

Photo : CC