La fibre optique déployée dès cet été en Loire-Atlantique

partager:

75 000 usagers dans le département ont pu avoir accès à l'internet haut et très haut débit.

La Loire-Atlantique a suivi une montée en débit entre 2013 et 2016. Plus de 36 000 foyers étaient auparavant mal desservis. En 2011, une personne sur six avait internet haut débit, en dehors des métropoles, désormais ils sont la moitié. Cette opération a coûté 22 millions d'euros, financés à hauteur de presque 15 millions par le département et d'un peu plus de sept par le Sydela, le syndicat des énergies de Loire-Atlantique.

Le haut débit facilite notamment la vitesse de transmission des données, les connexions internet simultanées ou encore l'accès à la télévision par une box. Aujourd'hui, le département se lance dans le déploiement de la fibre optique. Les discussions sont en cours pour trouver l'opérateur mais à l'été prochain les premiers abonnés pour aller au-delà de 30 Mbit/s, ce qu'on appelle le très haut débit. Le département sera propriétaire de l'infrastructure et la régie Loire-Atlantique Numérique la gérera. C'est un choix politique de la majorité. Le modèle est peu commun, généralement, les collectivités opèrent plutôt à une délégation de service public. « Je ne souhaite pas que demain les responsables qui seront chargés du bien public soit dans la situation de l'état français avec les autoroutes. Une maîtrise publique ça veut dire que l'infrastructure de fibre sera une propriété collective puisqu'elle est propriété du département. », explique Philippe Grosvalets, président du département de Loire-Atlantique.

Philippe Grosvalets.mp3, par Inconnu

Si un meilleur débit peut servir à l'usager, c'est surtout les entreprises qui l'utilisent le plus. Le besoin est croissant. Les maires contactent même le département afin qu'on leur apporte le très haut débit sur leur zone d'activité. En effet, des entreprises menacent de partir vers des zones mieux couvertes, à cause de leurs besoins. « Les entreprises sont les premières à avoir ces besoins de débit pour échanger des fichiers, des plans. Il faut pouvoir échanger des plans de plus en plus lourds, de plus en plus complexes. Cela par exemple pour les services de santé pour des diagnostics à distance, des consultations à distance. C'est tout cela qui est concerné quand on parle de très haut débit. », précise Jérôme Alemany, conseiller départemental en charge de l'aménagement numérique.

Jérôme Alemany.mp3, par Inconnu

L'équipement d'ici à 2020 de la fibre optique concernera 108 000 locaux dans le département. Pour un budget total de 100 millions d'euros. Rendez-vous sur ce site pour connaître le calendrier ville par ville de l'arrivée de la fibre.

Portrait de Hugo Blin

Hugo Blin