La rétrospective Werner Herzog jusqu’au 7 avril au Cinématographe.

partager:

Fictions et documentaires, de la nature à la nature humaine avec la rétrospective Werner Herzog, jusqu’au 7 avril au Cinématographe. 

Il est l'un des réalisateurs les plus prolifiques de ces 50 dernières années, et pourtant trop rares sont encore ceux à avoir tenté l'expérience du cinéma réaliste, et parfois extrême, de Werner Herzog sur grand écran.

 

Pour palier ce manque de visibilité, le Cinématographe présente une rétrospective parcourant l’œuvre du cinéaste allemand jusqu'au 7 avril prochain. Prés de 30 films sont à l'affiche dont plus de la moitié n'ont jamais été diffusés en France.

 

Werner Herzog et son acteur fétiche Klaus Kinski - Extrait du documentaire "Ennemis Intimes" (1999)

 

Paris, Lyon, Strasbourg, les hommages et rétrospectives ne cessent de pleuvoir sur notre hexagone depuis ce début d’année et à raison. La fin de l’année 2014 fut marquée par la sortie de deux films encore jamais projetés de l’auteur. Regroupés sous l’étendard « Les ascensions de Werner Herzorg », La Soufrière suivi de Gasherbrum - La Montagne lumineuse de Werner Herzog seront projetés ce samedi 14 mars dès 19h au Cinématographe. Les éditions Potemkine quant à elles ont profité des fêtes de fin d’année pour annoncer la sortie de Werner Herzor 1962-1974. Ce coffret dvd est le premier d'une série de quatre volumes visant à rassembler la filmographie de Werner Herzog depuis ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Cette vaste entreprise éditoriale sera l'occasion de saisir l'oeuvre du chef de file du Nouveau Cinéma allemand dans toute son ampleur et sa multiplicité.

A noter qu’une projection en 3D de La Grotte des Rêves Perdus se déroulera jeudi 12 mars au cinéma Le Concorde des 20h45. Une séance présentée par Jérôme Baron, directeur artistique du Festival des 3 Continents et du Cinématographe. 

En février dernier, c’est Accès au Cinéma Invisible qui participait également à cette rétrospective avec la projection du poignant My Son, my son, what have ye done. L’association qui au fil de son actualité n’a cessé ponctuellement de soutenir le travail du cinéaste allemand.

 

 

En novembre dernier, Werner Herzog présentait une masterclass dans le cadre du dixième anniversaire, du festival du cinéma allemand Augenblick. Face aux étudiants en Cinéma de l’université de Strasbourg il a répondu sans concessions à leurs différentes interrogations. Les extraits diffusés dans cette chronique sont issus de cette conférence à retrouver en intégralité à ce lien.

 

 

Sun Culture du mercredi 11 mars 2015 avec Emmanuel Gibouleau, directeur, en charge de la programmation du Cinématographe et Charlotte Farouault.

Portrait de Charlotte Farouault

Charlotte Farouault