La ruche Saint-Mihiel : une alternative à la consommation

partager:

Au fil des années, de plus en plus de Français sont soucieux de leur alimentation mais aussi de leurs modes de consommation. Réduire ses emballages et ses déchets, manger de saison, bio et local sont des problématiques pouvant parfois rebuter certaines personnes pour le prix ou la contrainte de vouloir manger des produits pas forcément disponibles à l'instant t. Pourtant, des citoyens s'affairent à contenter aussi bien les consommateurs que les producteurs. C'est dans cette perspective que des Ruches se créent.

Contrairement aux idées reçues, manger bio et local n'est pas excessivement cher ; bon nombre de personnes adoptant ce type de consommation le rappelerait sans cesse. Sensibles à cette problématique, Marie Cadoret et Gabrielle Lachaud ont décidé d'ouvrir une ruche qui dit oui. Il s'agit d'une plateforme de e-commerce nationale et européenne permettant de faire ses courses en ligne, parmi une sélection de produits locaux proposés par chaque ruche. Cela veut dire que les aliments peuvent varier d'une ruche à l'autre et d'une région à l'autre car chaque gérant d'une ruche a ses propres partenariats avec des agriculteurs.

Arrivées de la région parisienne, les deux jeunes femmes ont choisi d'installer leur ruche dans le Café de la Ribine, située au coeur du quartier Saint-Mihiel, en bord d'Erdre. C'est une histoire de contact, précisent les co-gérantes. La tenancière du café, récemment installée rue Adolphe Moitié, les connait bien et c'était une opportunité pour elle de laisser son établissement ouvert pour la ruche afin d'attirer de nouveaux clients. Un accord profitable pour les deux parties donc.

Amap ou pas amap ?

Si certains voudraient faire un raccourci en comparant une ruche à une amap (association pour le maintien d'une agriculture paysanne), il s'agit pourtant de deux choses très contraires. Dans une amap, on a effectivement des produits frais, locaux et de saison mais il y a toujours cette notion d'engagement, de "contrat" tandis que dans une ruche, le consommateur inscrit n'est pas obligé de commander chaque semaine. La différence se fait là : la ruche est plus pratique pour le consommateur alors que l'amap est plus profitable pour le producteur, qui "est assuré d'écouler ses productions" explique Gabrielle.

Mais comment cela se passe-t-il dans les faits ? Les quelque 650 "abeilles" inscrites à la ruche Saint-Mihiel peuvent passer commande jusqu'au lundi soir 23h59 sur le site internet. De la même façon que l'on commande des livres ou des vêtements en ligne, l'internaute a son panier et paie directement en ligne avec sa carbe bancaire. Ensuite, le consommateur peut venir chercher sa commande au Café de la Ribine le mercredi entre 17h30 et 19h. Ce n'est pas simplement comme faire ses courses au supermarché car là, on peut discuter avec les autres abeilles autour d'une boisson du bar et pourquoi pas aller à la rencontre des producteurs s'ils sont sur place.

 

Retrouvez ci-dessous l'intégralité de l'entretien avec Marie et Gabrielle.

L'invité du 17/19 : Marie et Gabrielle - La ruche qui dit oui, par lesonunique

 

Portrait de Arnaud Gruet

Arnaud Gruet