Le cinéma d'auteur américain reprend vie au cinéma Bonne Garde !

partager:

Ancien élève du réalisateur Eric Rohmer et passionné de cinéma, Philippe Leroyer souhaite maintenir éveiller la mémoire cinéphile des spectateurs en leur proposant chaque mois de voir et revoir des grands classiques du cinéma américains.

 

« Ce ne sont pas seulement des réalisateurs mais des auteurs, Woody Allen, William Friedkin, Richard Brooks ou en encore Elia Kazan. Dans les années 70/80 il y avait une force créatrice qu'il n'y a plus aujourd'hui. Cette volonté de mettre sa griffe, de faire preuve d'audace ! »

 

Fort d'une première saison couronnée de succès cinéphiles, le cycle du cinéma américain reprend ses quartiers au cinéma Bonne Garde. Une rentrée marquée par les déhanchés des spectateurs le 25 septembre dernier en clôture de la projection du film La Fièvre du Samedi Soir de John Badham. La recette reste la même, un classique du genre sera présenté chaque mois en partenariat avec la Maison des Etats-Unis de Nantes qui assurera un accueil détonant en amont et bien évidemment après la projection.

 

Philippe Leroyer, programmateur évoque le cinéma d'auteur américain qu'il affectionne, distillant quelques précieuses informations quant à cette nouvelle affiche.

 

 

Silence, ça s’agite hors cadre !

 

Retrouvez la programmation complète de ce nouveau cycle au cinéma Bonne Garde.

Dates des prochaines projections :

 

Zelig de Woody Allen, les 14/15 Octobre

Dans le film, Leonard devient ceux qu'il rencontre. En 2007, un psychologue italien a découvert une maladie rare qui affecte les patients de la même manière que Leonard dans Zelig (les transformations physiques en moins). En hommage au film, ce syndrome est devenu le syndrome Zelig !

 

Mia Farrow et Woody Allen dans Zelig (1983)

 

 

L’Exorciste de William Friedkin, les 04/05 Novembre                                                                                                                                                                                                                                                                      

Neuf. C'est le nombre impressionnant de décès survenus au cours du tournage de L'Exorciste. L'auteur du roman initital, William Blatty, est revenu sur cette « malédiction » en rappelant que ces histoires sont surtout du fait du réalisateur, William Friedkin, qui s'offrait ainsi un coup de publicité sans frais. Si les décès sont bien avérés, l'auteur précise que sur une période de tournage de plus d'un an en raison des nombreux retards, "il est inévitable que des gens se blessent ou meurent".

William Friedkin sur le tournage de L'Exorciste (1973)

 

 

Cinéma Bonne Garde

20 rue Frère Louis

44 200 Nantes

02 51 83 66 71

www.cinemalebonnegarde.com

 

 

 

Sun Culture – Mercredi 14 Octobre – 2015 avec Philippe Leroyer, programmateur du Cycle du Cinéma Américain et Charlotte Farouault.

Crédits Musique : Donna Summer - Could It Be Magic - A Love Trilogy (1976) / Bande Originale The Exorcist - Steve Boeddeker (1973)

 

Portrait de Charlotte Farouault

Charlotte Farouault