Les Lucioles, un apprentissage du cinéma pour enfants au Cinématographe de Nantes

partager:

Du 14 octobre au 15 novembre, le Cinématographe de Nantes, en partenriat avec la Maison de quartier Madeleine Champ-de-Mars, organise l'événement jeune public Les Lucioles. Une deuxième édition pour découvrir le cinéma autrement, à travers des films fantastiques indépendants et connus. Au programme des projections au Cinématographe, au Concorde et au Bonne Garde, mais aussi une exposition et des ateliers. La chargée du jeune public et de l'éducation à l'image, Florence Bourhis, intervient sur le projet mais aussi sur la pédagogie par la pellicule.

Si l'événement Les Lucioles est pour jeune public, le Cinématographe n'a pas voulu donner de définition précise pour le Cinéma des enfants : "il y a deux types de films. Ceux réalisés pour les petits à la base, qui sont très bien, et ceux qui ne sont pas faits pour eux de prime abord mais qu'ils peuvent tout de même voir."

Il faut tout de même que ceux-ci soient adaptés et à leur portée. A l'inverse, certains métrages semblent tout trouvés pour eux néanmoins il faut penser à lire le synopsis, pour ne pas montrer des animations comme Le Tombeau des Lucioles ou même Princesse Mononoké, qui restent violents pour certains âges. Ce qu'il faut c'est "qu'il y ait quelque chose qui puisse vraiment les accrocher dans ces films."

Une part belle aux techniciens

En 2014, Les Lucioles avaient eu accès à des marionnettes pour l'exposition. Une situation exceptionnelle qui n'a pas duré. En effet deux ans plus tard il a fallut trouver quelque chose que le Cinématographe pouvait créer par lui-même. C'est ainsi que le Fantastique est arrivé sur la table.

Qu'est-ce que l'Animation?, par Cerise Robin

Comme la première édition, Les Lucioles font la part belle aux techniciens. Ils dévoilent l'écosystème derrière un film, et veulent faire comprendre que pour un effet spécial réussi, il faut un maquilleur aguerri. "Un des principaux effet spécial au Cinéma, c'est le maquillage. Ceux qui sont derrière leur ordinateur et les marionnettistes sont aussi d'une importance cruciale" et ce même dans des films qui ne sont pas pour enfants. Certains d'ailleurs ont marqué l'histoire du 7e art.

Apprendre face et derrière l'écran

"Je pense que ça fait partie de l'apprentissage et que ça ne gâche pas la magie, que de découvrir que les films sont fabriqués. Mais c'est magique de voir que des êtres humains parviennent à créer des choses en dehors du réel." Au Grand atelier de la Maison de quartier Madeleine Champs de Mars, grands moins grands pourront naviguer dans l'histoire et les techniques utilisées à travers des vidéos, textes, photos, mais aussi des mises en situation grâce à la présence d'un fond vert.

Éduquer par l'image, par Cerise Robin

Si le programme ne semble fait que pour les enfants de 7 ans et plus, une plage spéciale est réservée au plus jeunes, à partir de 2 ans. L'édition se clôt sur un ciné-concert, proposé par bulCiné.

La programmation

Elle se fera en deux volets. Pour les petits, assez friands des séances de cinéma, en tous cas selon les parents. Ils pourront profiter de la séance spéciale Georges Méliès, notamment le Voyage dans la Lune. Georges Méliès est le premier magicien réalisateur. Il a fait de la caméra un instrument d'art, faisant disparaître ses comédiens sous les yeux des spectateurs, et introduisant la couleur en peignant directement sur sa pellicule.

La programmation propose aussi des bruitages, de 8 à 10 ans, pour imaginer l'ambiance sonore d'un court métrage. Les 10 et 12 ans sont invités à expérimenter les premiers trucages au Cinéma, tandis que les 6 à 8 ans s'essaieront au maquillage.

 

Portrait de Cerise Robin

Cerise Robin