Tromelin : L’île des esclaves oubliés, plus qu’un pan de l’esclavage une histoire d’humanité !

partager:

En juillet 1761, l’Utile, navire de la Compagnie des Indes orientales quitte le port de Bayonne une jolie cargaison à son bord, direction l’océan Indien. L’histoire aurait pu s’arrêter là si son capitaine n’avait pas mis le cap sur les prémisses d’un « délit d’initié ». Profitant d’une halte non officielle à Madagascar, l’équipage accueille à son bord 160 esclaves malgaches transportés clandestinement dans les cales du navire, pour être par la suite vendus au plus offrant.

 

Si le capitaine se targue d’avoir le sens du commerce il en est moins pédant concernant son sens de l’orientation. Par une nuit d’été le navire s’échoue sur un minuscule îlot, pointe d’un volcan marin, nommé Ile de Sable d’une minuscule superficie d’1 km2. Deux mois plus tard, l’équipage parvient à quitter l’île sur un bateau de fortune, les 88 esclaves rescapés sont eux laissés à leur sort, bien que la promesse de revenir les chercher s’échoua dans les vents marins.

Ce n’est qu’en 1776, lors d’une deuxième mission de sauvetage que sept femmes et un nourrisson de huit moisseuls survivants seront secourus par le chevalier de Tromelin donnant alors son nom à l’île.

 

L'île de Tromelin au coeur des Îles Eparses

 

Entre 2006 et 2013, quatre expéditions menées par Max Guérout, membre du groupe de recherche en archéologie navale (GRAN) et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) permettront par le biais de recherches sous-marines et terrestres de retrouver de nombreux objets de la vie quotidienne préserver presque intacts dans un linceul de sable protecteur au fil du temps.

Pierre Chotard, chargé de projet sur l’exposition revient sur les incroyables conditions de survie des rescapés, qui tout au long de ces quinze années ont été soumis aux pires conditions climatiques.

Résultats des recherches de Max Guérout présentés aux visiteurs

 

Depuis 2007, l'île Tromelin fait partie, avec les autres îles Éparses de l'océan Indien, du cinquième district des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), un territoire d'outre-mer.

L’accès en bateau y est toujours difficile. L’hélicoptère semble être le moyen d’accès préféré dans le cadre des missions de ravitaillement. Aujourd’hui deux personnes vivent encore sur l’île, toutes deux oeuvrant pour la station météorologique composée de nombreux équipements de Météo-France.

Paradoxalement comme le confie Pierre Chotard, « De par ces multiples et approfondies recherches, l’île de Tromelin, véritable confetti au cœur de l’Océan Indien se trouve aujourd’hui être le territoire de France le mieux connu et répertorié ».

 

Planche extraite de "Les esclaves oubliés de Tromelin", par Sylvain Savoia

Dans « Les esclaves oubliés de Tromelin » (Editions Dupuis/Aire libre), le dessinateur Sylvain Savoia, relate avec précision l’histoire des esclaves malgaches laissés à l’abandon sur ce minuscule îlot de l’océan Indien. Il y croque également son immersion à Tromelin, Territoire rattaché aux Terres australes et antarctiques françaises (les TAAF) durant une expédition scientifique à laquelle il a participé en 2008. Une partie de ses planches sont exposés au Château des ducs de Bretagne - Musée d'histoire urbaine de la ville de Nantes.

 

Présentée jusqu’au 30 avril à Nantes, l’exposition fera escale au Musée de la Compagnie des Indes de Lorient avant de reprendre la route vers Bordeaux, Bayonne ou encore Marseille.

 

Château des ducs de Bretagne

Musée d'histoire urbaine de la ville de Nantes

4, place Marc Elder

44000 Nantes

Horaires : de 10h à 18h (Fermé le lundi)

Le musée sera fermé les 25 décembre 2015 et 1er janvier 2016.

 

 

SUN Culture du mercredi 25 novembre 2015 avec Pierre Chotard, chargé de projet sur l’exposition pour le Musée d’histoire urbaine de Nantes et Charlotte Farouault.

Crédit Musique : Charles Trenet - La Mer (1946) / Billie Holiday – Strange Fruit - Fine and Mellow (1939) / Anthony Hamilton & Elayna Boynton – Freedom - Django Unchained Soundtrack (2012)

 

 

Portrait de Charlotte Farouault

Charlotte Farouault