• Musiques
partager:
Black Frost

Black Frost

Necronomicon

Le Necronomicon est un ouvrage fictif du mythe de Cthulhu inventé par l'écrivain américain H. P. Lovecraft.

Le Necronomicon est suggéré dans la nouvelle La Cité sans nom, achevée en 1921. Bien que le texte en lui-même ne donne pas le nom de l'ouvrage, il évoque pour la première fois son auteur fictionnel Abdul al-Hazred, ainsi que les vers : « N'est pas mort ce qui à jamais dort, / Et dans les ères peut mourir même la Mort ». La nouvelle de 1923 Le Molosse utilise le titre pour la première fois. En 1927, Lovecraft détailla l'histoire fictive de cet ouvrage afin d'éviter d'éventuelles incohérences entre ses nouvelles futures. En tout, le Necronomicon est évoqué dans treize de ses œuvres : parfois seulement le titre, une ou deux phrases ou un paragraphe complet. Diverses sources ont été utilisées par l'auteur afin de créer un ouvrage crédible. Si celles-ci sont assez faciles à déterminer car Lovecraft a laissé de très abondantes notes de travail ainsi que des lettres, le contenu l'est moins. Les mentions en font parfois un livre de culte, un livre de magie ou une histoire des temps des « Grands Anciens ».

Très rapidement, le Necronomicon fut repris par les autres auteurs du cercle littéraire auquel appartenait Lovecraft, dans une émulation amicale. Ainsi, Robert E. Howard ou Robert Bloch évoquèrent le grimoire dans leurs œuvres. August Derleth fut cependant celui qui, hormis Lovecraft, développa le plus le mythe du Necronomicon en le liant au mythe de Cthulhu. Cette intertextualité croissante eut pour principale conséquence que certains lecteurs commencèrent à croire à l'existence réelle de l'ouvrage, puisque tant d'auteurs différents y faisaient référence. Les premiers canulars ne furent que des références à des livres inexistants proposés à la vente. Après la mort de Derleth et donc le relâchement de son contrôle sur l'héritage lovecraftien, de prétendus Necronomicon commencèrent à paraître. Parmi ceux-ci, le Necronomicon Simon eut le plus de succès.

L'aura du Necronomicon est telle qu'il est régulièrement utilisé dans la culture populaire, symbole du livre maléfique par excellence : dans les films, d'horreur surtout, dans la musique, plutôt metal, mais aussi dans les jeux vidéo, la bande dessinée ou les feuilletons télévisés.

Album: 
Escalation
Année: 
2007
Durée: 
138.00
Label: 
Battlecry Records